Déclaration au terme d’une mission des services du FMI au Niger

Communiqué de presse n° 14/02
Le 6 janvier 2014

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Mr. Ekué Kpodar, a séjourné à Niamey du 9 au 20 décembre 2013 dans le cadre des discussions avec les autorités nigériennes sur la deuxième et la troisième revues du programme économique et financier soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC) du FMI. Ce programme a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 16 mars 2012 (voir communiqué de presse numéro 12/90) pour un montant de 78,96 millions de DTS (environ 120,97 millions de dollars EU).

A l’issue de la mission, Mr. Ekué Kpodar a fait la déclaration suivante:

“La mission a eu des discussions franches et fructueuses avec les autorités nigériennes. Les performances économiques ont été relativement satisfaisantes mais marquées par les effets négatifs de la situation sécuritaire régionale et du choc climatique en 2013. Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel est estimé à 3,6 pour cent en 2013, en baisse d’environ 2.5 pour cent par rapport à la prévision initiale, et largement en deçà du taux de 11 pour cent enregistré en 2012 en liaison avec le démarrage de la production pétrolière. L’inflation demeure relativement faible et est estimée à 2,5 pour cent en 2013 grâce notamment à l’impact du programme de soutien alimentaire mis en place par le gouvernement qui a permis d’atténuer la hausse des prix des produits vivriers.

“La mise en œuvre du programme a été globalement satisfaisante, en dépit de quelques difficultés rencontrées au cours du premier semestre. Durant les dix premiers mois de l’année, le solde budgétaire global (base engagements, dons compris mais excluant les prêts nets) a enregistré un déficit estimé à 2,7 pour cent du PIB et devrait s’établir à 3 pour cent à fin décembre 2013, contre un déficit de 4.3 pour cent du PIB prévu initialement dans le programme. Cette performance s’explique notamment par la faiblesse des dépenses en capital par rapport au niveau prévu dans le programme.

“Les perspectives économiques pour 2014 et pour le moyen terme restent prometteuses. La croissance du PIB réel devrait s’accélérer pour atteindre 6,5 pour cent en 2014, principalement soutenue par l’expansion du secteur des ressources extractives, une meilleure campagne agricole, et un accroissement des investissements publics. L’inflation restera contenue dans la limite de 3 pour cent du critère de convergence de l’UEMOA. Les risques liés à la fragile sécurité régionale et à la vulnérabilité du Niger aux catastrophes naturelles continueront de peser sur ces perspectives.

“La mission et les autorités ont convenu d’un cadre budgétaire pour 2014 qui vise à contenir les dépenses courantes, à s’assurer que les dépenses en capital tiennent compte de la capacité d’absorption tout en améliorant l’efficacité de l’investissement public, et à reconstituer les réserves fiscales. Le déficit global (excluant les prêts nets) serait limité à 3.7 pour cent du PIB.

“Les autorités nigériennes ont exprimé leur engagement ferme à maintenir le programme économique et financier sur sa trajectoire. Les autorités et la mission se sont entendues sur un ensemble de mesures structurelles pour l’année 2014 visant à renforcer l’exécution budgétaire, l’administration des douanes et la mobilisation des recettes fiscales, et à améliorer la gestion de la dette. Les autorités ont aussi réaffirmé leur volonté à poursuivre leurs efforts de réformes dans le secteur financier, à assurer la transparence et la bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, et à continuer à améliorer le climat des affaires. Certaines de ces mesures feront l’objet de discussions plus approfondies lors de la prochaine mission.

“La mission tient à remercier les autorités nigériennes pour leur cordiale hospitalité et les échanges francs et constructifs.”

La mission a été reçue en audience par S.E.M le Président de la République, le Premier Ministre, le Ministre des Finances et le Ministre d’Etat chargé du Plan. La mission a également rencontré le Directeur National de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, des hauts fonctionnaires de l’administration, des représentants du secteur privé et de la société civile ainsi que des partenaires au développement du Niger.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100