Le Conseil d’administration du FMI approuve un décaissement de 12,9 millions de dollars au titre de la facilité de crédit rapide en faveur de la République centrafricaine

Communiqué de presse n° 14/226
Le 15 mai 2014

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le 14 mai 2014 une assistance financière au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) d'un montant équivalent à 8,355 millions de DTS (environ 12,9 millions de dollars EU) en faveur de la République centrafricaine (RCA), à l’appui du programme d’urgence de redressement économique des autorités. Cette assistance financière du FMI aidera les autorités de transition de la RCA à mettre en œuvre un ensemble de politiques économiques et structurelles, ainsi que des mesures visant à rétablir progressivement la stabilité macroéconomique et à renforcer les capacités de l’État. L’approbation par le Conseil d’administration du recours à la FCR permettra aussi aux autorités d’ouvrir des discussions avec les partenaires de développement en vue d’obtenir un surcroît d’aide. La décision du Conseil d’administration ouvre la voie au décaissement immédiat de la totalité du montant approuvé, qui est équivalent à 15 % de la quote-part de la RCA au FMI.

Le Conseil d'administration a pris note de l'annulation par les autorités de l'accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) approuvé le 25 juin 2012 en faveur de la RCA (communiqué de presse 12/237). Il peut envisager de reconduire le financement au titre de la FCR avant la fin de l'année, pour autant que la RCA remplisse les conditions requises pour bénéficier à nouveau de cette facilité, notamment en menant des politiques macroéconomiques adéquates pendant une période fixée normalement à six mois avant de présenter une nouvelle demande d'assistance financière au titre de la FCR. Il est essentiel que l'aide financière et l'assistance technique promises soient fournies en temps opportun pour maintenir la dynamique du redressement, renforcer les capacités de l’État et sortir de la situation d'urgence.

La FCR permet d'apporter rapidement une aide financière concessionnelle assortie d'une conditionnalité limitée aux pays à faible revenu qui se heurtent à un problème immédiat de balance des paiements. Dans ce contexte, les politiques économiques menées par un pays membre bénéficiant d'un financement au titre de la FCR sont censées remédier aux difficultés sous-jacentes de balance des paiements et concourir à la réalisation des objectifs poursuivis par les pouvoirs publics, notamment en ce qui concerne la stabilité macroéconomique et la réduction de la pauvreté. Un financement au titre de la FCR est assorti d’un taux d’intérêt nul, d’un différé d’amortissement de cinq ans et demi et d’une échéance finale de 10 ans. Le FMI revoit tous les deux ans les taux d’intérêt de toutes les facilités concessionnelles.

À l'issue des débats du Conseil d'administration sur la demande d'assistance financière présentée par la RCA au titre de la FCR, M. Naoyuki Shinohara, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration ci-après :

«La crise politique et sécuritaire qui a suivi la prise du pouvoir par une coalition rebelle en mars 2013 a provoqué un effondrement de l’économie en RCA et aggravé une situation déjà fragile. Les nouvelles autorités de transition ont la ferme volonté de rétablir la sécurité, mobiliser une aide humanitaire, raviver l’activité économique et reconstruire les institutions démocratiques, mais elles se heurtent à des difficultés redoutables.

«Avec le soutien obtenu au titre de la facilité de crédit rapide du FMI, les autorités de transition entendent appliquer les politiques macroéconomiques et les réformes structurelles nécessaires pour rétablir la stabilité macroéconomique, restaurer les fonctions de base de l’État, améliorer la mobilisation des recettes intérieures, normaliser les procédures budgétaires, apurer les arriérés intérieurs et assurer le versement régulier des salaires et des retraites des fonctionnaires. Une gestion transparente des ressources publiques, y compris les aides extérieures, une meilleure hiérarchisation des dépenses et l’amélioration de la gestion de trésorerie seront déterminantes pour la réussite du programme. Il sera aussi important de préserver la viabilité de la dette.

«Le FMI continuera de jouer un rôle clé en coordonnant les initiatives internationales pour apporter aux pays l’aide financière et l’assistance technique dont il a tant besoin pour rétablir les fonctions financières fondamentales de l’État.»



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100