Le Conseil d'administration du FMI conclut la quatrième revue de l'accord triennal au titre de la FRPC en faveur de Madagascar, accroît l'aide financière pour atténuer les effets des chocs extérieurs et approuve un décaissement de 35,3 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 08/158
Le 2 juillet 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la quatrième revue des résultats économiques de Madagascar dans le cadre d'un accord triennal au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) et a approuvé un accroissement de l'accès de Madagascar à l'aide financière dans le cadre de l'accord.

Afin d'aider le pays à faire face à la hausse des prix des produits alimentaires et pétroliers, ainsi qu'aux dégâts causés par plusieurs violents cyclones cette année, le Conseil a accepté d'augmenter de 18,33 millions de DTS (environ 29,9 millions de dollars EU) le montant de l'accord (54,99 millions de DTS, soit environ 89,8 millions de dollars EU). L'approbation de l'accord triennal remonte au 21 juillet 2006 (voir le communiqué de presse no 06/163).

L'achèvement de la quatrième revue permet à Madagascar de tirer un montant équivalant à 21,606 millions de DTS (environ 35,3 millions de dollars EU), ce qui porte le montant total des décaissements au titre de la FRPC à 53,03 millions de DTS (environ 86,6 millions de dollars EU), y compris une première tranche de l'augmentation.

En achevant la revue, le Conseil a également accordé des dérogations pour le non-respect d'un critère de réalisation structurel et d'un critère de réalisation. Le critère structurel concerne le contrôle de la sortie des marchandises des ports, tandis que le critère de réalisation porte sur l'adoption d'un projet de loi sur la promotion des exportations.

À l'issue des délibérations du Conseil, M. Murilo Portugal, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« Il convient de féliciter les autorités malgaches pour les progrès accomplis dans la mise en œuvre de leur programme appuyés par la FRPC, en dépit des chocs conjugués de l'envolée des prix mondiaux de l'énergie et des denrées alimentaires et des récents cyclones. La croissance économique est restée soutenue, l'inflation a reculé et les résultats budgétaires sont demeurés satisfaisants. Les autorités ont mis en place des mesures ciblées pour atténuer l'impact des chocs en cours sur les pauvres, et le FMI a approuvé une augmentation de son assistance financière pour aider Madagascar à faire face à l'alourdissement de la facture de ses importations alimentaires. Afin de ne pas décourager une réponse de l'offre à moyen terme, l'interdiction des exportations de riz devrait être levée dès que possible.

L'amélioration récente du recouvrement des recettes fiscales est très encourageante. Il faut poursuivre les efforts engagés pour progresser encore dans l'administration des impôts et des douanes et réformer les contrôles financiers destinés à assurer une meilleure exécution du budget. Ces mesures permettront d'augmenter les crédits budgétaires alloués aux secteurs prioritaires.

Nous nous réjouissons de l'engagement persistant des autorités à conduire une politique monétaire et de change axée sur le ralentissement de l'inflation et la réduction de la volatilité excessive du taux de change. La banque centrale devrait continuer à consolider ses réserves de change et à resserrer suffisamment la politique monétaire pour réduire au minimum les effets inflationnistes de second tour de la hausse des prix mondiaux des produits alimentaires et des combustibles.

La réforme du secteur électrique doit absolument s'inscrire dans une stratégie à plus long terme pour assurer l'autonomie opérationnelle de la compagnie nationale d'électricité et la mise en place d'un environnement compatible avec une accélération de la croissance économique à moyen terme.

Le fait que les autorités malgaches n'aient pas déclaré une pratique de taux de change multiples et les restrictions de change y afférentes a donné lieu à des décaissements non conformes liés aux deuxième et troisième revues de l'accord FRPC. Les autorités ont pris sans tarder des mesures correctrices, sous forme notamment d'une circulaire aux établissements de crédit, et elles demeurent résolues à atteindre les objectifs du programme. En conséquence, le Conseil d'administration a décidé d'accorder des dérogations pour non-respect de ces deux critères de réalisation continus ».

La FRPC est le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. Les prêts accordés au titre de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et sont remboursables sur dix ans, avec un différé d'amortissement de cinq ans et demi pour le principal.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100