Le Conseil d'administration du FMI achève la deuxième revue de l'accord FRPC en faveur d'Haïti et approuve le décaissement de 12,2 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 08/40
le 4 mars 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé le 29 février 2008 la deuxième revue du programme économique d'Haïti appuyé par la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC), et a ouvert ainsi la voie au décaissement immédiat de 7,6 millions de DTS (environ 12,2 millions de dollars EU).

Le Conseil d'administration a aussi approuvé la demande de dérogation présentée par Haïti pour non-respect de deux critères de réalisation fixés pour fin septembre 2007, concernant respectivement l'application par la banque centrale des normes internationales d'information financière et l'évaluation des besoins éventuels de recapitalisation et de restructuration de la BNC. Les autorités ont rempli ces deux critères de réalisation avant que le Conseil d'administration ne procède à la revue de l'accord.

L'accord FRPC a été approuvé le 20 novembre 2006 (voir le Communiqué de presse n° 06/258) pour un montant équivalent à 73,7 millions de DTS (118,1 millions de dollars EU au taux actuel).

À l'issue des débats du Conseil d'administration, M. Takatoshi Kato, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

«Haïti a continué d'afficher des résultats remarquables pendant l'application de son programme appuyé par la FRPC, en dépit de nombreuses difficultés, notamment les effets dévastateurs de l'ouragan Noël à la fin de l'année dernière. Au cours de l'exercice budgétaire 2007, la croissance s'est accélérée pour la troisième année consécutive et l'inflation a reculé. Il y a lieu aussi de féliciter les autorités d'avoir accompli l'ambitieux programme de conditionnalités structurelles et arrêté une stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, qui définit l'ordre de priorité des réformes nécessaires, lesquelles visent en particulier à rétablir la fourniture des biens et des services publics de base, à privilégier les secteurs générateurs de croissance et à réparer les infrastructures.

Conformément à la stratégie des autorités, les principaux objectifs pour la deuxième année du programme appuyé par la FRPC consistent à créer les conditions d'une croissance plus forte et à consolider les progrès déjà accomplis en matière de stabilisation. L'un des éléments clés du programme est l'accélération de l'exécution des dépenses publiques, qui s'impose pour améliorer la fourniture de biens et de services publics ainsi que pour la modernisation des infrastructures, tout en veillant en même temps à préserver la qualité des dépenses. En outre, il importera que les plans d'action prévus pour améliorer le recouvrement des recettes soient effectivement mis en œuvre avec détermination de manière à assurer un flux de ressources adéquat compte tenu de l'accélération des dépenses. L'emphase doit être également mise sur la mise en œuvre des mesures de politiques arrêtées pour atteindre le point d'achèvement de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) le plus tôt possible.

Compte tenu des pressions inflationnistes engendrées par le niveau élevé des prix internationaux du pétrole et des denrées alimentaires, il sera important que la politique monétaire reste prudente. Les cibles monétaires du programme permettront d'accomoder partiellement les effets immédiats de la hausse des prix des produits de base, mais l'objectif est de ramener l'inflation en dessous de 10 %. Un plan ambitieux de recapitalisation de la banque centrale est en train d'être lancé afin de garantir l'indépendance de la politique monétaire.

Les autorités comptent promouvoir la stabilité du secteur finanicer et, son développement aidera à appuyer une plus forte croissance à travers une intermédiation accrue. Une évaluation récente du secteur financier, réalisée conjointement par le FMI et la Banque mondiale, signale que les indicateurs de solidité du secteur bancaire sont relativement favorables, mais elle suggère plusieurs réformes importantes, notamment : l'amélioration de la réglementation et de la supervision; l'adoption d'une nouvelle loi bancaire ; et le renforcement des droits des créanciers et des règles en matière d'insolvabilité, d'audit et de comptabilité, ainsi que du système de paiement. Les autorités ont accueilli favorablement cette évaluation et prévoient de mettre en œuvre un grand nombre de ses recommandations.

Globalement, malgré les nombreuses difficultés qui subsistent, les chances sont bonnes pour que la croissance s'accélère encore et que le programme appuyé par la FRPC continue d'être appliqué avec détermination,» a ajouté M. Kato.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100