Dominique Strauss-Kahn salue un accord décisif du Conseil d'administration du FMI sur un nouveau cadre de revenus et de dépenses

Communiqué de presse n° 08/74
le 7 avril 2008

Le Directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a salué, aujourd'hui, la décision du Conseil d'administration de proposer un nouveau cadre viable de revenus et de dépenses. Selon lui, «cet accord décisif dotera l'institution d'une assise financière solide et lui permettra de moderniser sa structure et son fonctionnement».

«Nous avons procédé à des choix difficiles mais nécessaires afin de combler le déficit de revenus projeté du FMI et doter celui-ci d'une assise financière viable. En fin de compte, ces efforts permettront à l'institution de mieux cibler son action, de gagner en efficacité et de répondre de façon plus économique aux besoins de ses membres», a déclaré M. Strauss-Kahn.

Lors d'une réunion consacrée aux revenus et aux dépenses du FMI, le Conseil d'administration s'est entendu sur un projet visant à remplacer le mode de financement actuel du FMI, dans lequel les prêts sont la principale source de revenus, par un modèle où ceux-ci proviendront de diverses sources. Par la même occasion, le Conseil a examiné le budget à moyen terme de l'institution pour les exercices 2009-2011, qui prévoit une forte réduction des dépenses, et a approuvé le budget administratif de l'exercice 2009 (1er mai 2008-30 avril 2009). Grâce à ces mesures, le FMI espère combler en l'espace de quelques années un écart de financement projeté à 400 millions de dollars.

«Aujourd'hui, les États membres ont fait un pas décisif qui permettra au FMI de demeurer une organisation internationale indépendante, avisée et dynamique, qui _uvre en faveur de la coopération et de l'action au plan mondial, afin d'assurer la stabilité financière et la prospérité pour tous», a déclaré M. Strauss-Kahn. «Cet accord, qui fait suite à la récente décision sur la refonte du système de quotes-parts et de représentation, constitue une autre étape majeure vers la réalisation de la réforme du FMI et le recentrage de ses activités sur les domaines où il dispose d'un avantage comparatif», a-t-il ajouté.

«Les États membres ont à nouveau fait la preuve de leur volonté de renforcer la crédibilité de l'institution et d'accroître son efficacité. Nous sommes convenus de remplacer un mode de revenus obsolète et non viable par un modèle moderne et plus prévisible, similaire à celui des autres institutions financières internationales. Nous nous sommes entendus aussi sur un projet de budget à moyen terme prévoyant de fortes réductions de dépenses, d'un montant de 100 millions de dollars, au cours des trois prochaines années», a déclaré le Directeur général.

Certains éléments majeurs du projet de financement - notamment une proposition d'amendement aux Statuts du FMI visant à accroître le pouvoir d'investissement de l'institution - nécessiteront l'intervention du législateur dans la plupart des États membres. Par ailleurs, l'Administrateur pour les États-Unis doit obtenir l'approbation du Congrès avant de pouvoir voter en faveur de la vente d'or. M. Strauss-Kahn a félicité «les administrateurs de leur volonté d'obtenir rapidement l'aval de leur parlement pour la mise en _uvre des ces importantes composantes du nouveau modèle de financement».

Principaux éléments du nouveau modèle :

· Le mode de financement actuel du FMI, qui n'est pas viable, sera remplacé par un modèle fondé sur des sources de revenus plus robustes et plus diverses, correspondant à la multiplicité des fonctions de l'institution. Si le nouveau modèle est approuvé, il pourrait produire 300 millions de dollars de revenus supplémentaires en quelques années.

· Une dotation devrait être constituée avec le produit de la vente d'un stock limité (403,3 tonnes) d'avoirs en or du FMI. Si elles sont approuvées, les ventes d'or pourraient avoir lieu de façon transparente avec de solides garanties de manière à ce qu'elles ne s'ajoutent pas aux ventes officielles et à éviter tout risque de perturbation du marché.

· Le pouvoir d'investissement du FMI devrait être élargi de manière à accroître le rendement moyen attendu de ses placements et à lui permettre d'adapter sa stratégie d'investissement dans le temps. La politique d'investissement devrait tenir compte de la nature publique des fonds à investir et comporter des garanties afin d'éviter que ce pouvoir d'investissement élargi ne donne lieu ne serait-ce qu'à l'apparence de conflit d'intérêts.

· La pratique en place de longue date qui consiste à rembourser au budget du FMI le coût d'administration du fonds de fiducie pour les prêts concessionnels consentis aux pays à faible revenu, le compte de fiducie FRPC-FCE, sera réinstituée au cours de l'exercice pendant lequel le FMI adoptera la décision autorisant les ventes d'or. Cette récupération des coûts ne modifiera en rien la capacité du FMI de fournir des prêts concessionnels aux pays à faible revenu.

Principaux éléments du budget à moyen terme :

· Le plan stratégique, qui constitue l'épine dorsale du budget, s'articule autour de cinq objectifs : renforcement de la surveillance multilatérale, meilleur ciblage de la surveillance bilatérale, recentrage du travail sur les pays à faible revenu, rationalisation du renforcement des capacités et modernisation du FMI. La stratégie budgétaire est axée sur la réforme de l'institution de manière que celle-ci puisse exercer ses activités de façon plus ciblée et plus économique.

· Le projet de budget administratif comprend une réduction de dépenses de 100 millions de dollars pendant les exercices 2009 à 2011. Si l'on tient compte des économies de 27 millions de dollars déjà prévues dans le programme budgétaire pour les exercices 2008 à 2010, les dépenses administratives nettes vont diminuer d'environ 14 %, en termes réels, pour s'établir à 796 millions de dollars pour l'exercice 2011, contre 922 millions de dollars pour l'exercice 2008.

· Même en tenant compte de la forte réduction des dépenses, le budget permet une augmentation des ressources allouées à la surveillance multilatérale et régionale grâce au redéploiement des ressources de l'institution au profit de ses activités fondamentales.



IMF EXTERNAL RELATIONS DEPARTMENT

Public Affairs    Media Relations
E-mail: publicaffairs@imf.org E-mail: media@imf.org
Fax: 202-623-6220 Phone: 202-623-7100