Études thématiques
2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000


Renseignements additionnels sur le fmi en franšais

Address by Stanley Fischer
Acting Managing Director
International Monetary Fund
Given at the Conference on "Promoting Dialogue:
Global Challenges and Global Institutions"
at American University
Washington, D.C.,
April 13, 2000

Publications on Globalization



00/01F
La mondialisation :
faut-il s'en réjouir ou la redouter?

Préparé par les services du FMI

12 avril 2000
Also available:
English
Deutsch
Russian
Español
 
I Introduction
II Qu'est-ce que la mondialisation?
III Croissance sans précédent et aggravation des inégalités : les tendances du revenu au XXe siècle
IV Pays en développement : niveau d'intégration
V La mondialisation accroît-elle la pauvreté et les inégalités?
VI Comment les pays pauvres peuvent-ils combler plus rapidement leur retard?
VII La mondialisation pénalise-t-elle les travailleurs des pays avancés?
VIII Les crises périodiques sont-elles une conséquence inévitable de la mondialisation?
IX Rôle des institutions et des organisations
X Conclusion


I.  Introduction

Le terme «mondialisation» possède une forte charge émotive. D'aucuns voient dans la mondialisation un processus bénéfique -- qui contribuera de façon décisive au développement économique mondial -- inévitable et irréversible. D'autres sont hostiles à ce processus, voire le redoute, estimant qu'il accroît les inégalités au sein des pays et entre eux, menace l'emploi et le niveau de vie et entrave le progrès social. L'objectif de la présente étude, qui fait un tour d'horizon de certains aspects de la mondialisation, est d'indiquer aux pays comment tirer parti de ce processus, tout en évaluant avec réalisme le potentiel et les risques.

La globalisation qui offre de grandes chances de parvenir à un développement authentiquement mondial avance de façon irrégulière. Certains pays s'intègrent à l'économie mondiale plus rapidement que d'autres. Dans ceux qui ont pu s'intégrer, la croissance est plus forte et la pauvreté diminue. Sous l'effet de politiques tournées vers l'extérieur, les pays d'Asie de l'Est, qui figuraient parmi les plus pauvres de la planète il y a 40 ans, sont pour la plupart devenus dynamiques et prospères. À mesure que le niveau de vie augmentait dans ces pays, ils ont pu s'ouvrir à la démocratie et, sur le plan économique, accomplir des progrès dans des domaines comme l'environnement et les conditions de travail.

Dans les années 70 et 80, de nombreux pays d'Amérique latine et d'Afrique ont, contrairement à ceux d'Asie, poursuivi des politiques tournées vers l'intérieur et leur économie a stagné ou régressé, la pauvreté a augmenté et une forte inflation est devenue la norme. Des événements extérieurs défavorables ont aggravé les difficultés de beaucoup d'entre eux, surtout en Afrique. Cependant, à mesure que ces pays modifiaient leur politique, leur revenu a commencé à augmenter. Une profonde mutation est en cours. L'encourager -- et non l'inverser -- est le meilleur moyen de stimuler la croissance, le développement et la lutte contre la pauvreté.

Les crises sur les marchés émergents dans les années 90 ont montré très clairement que les avantages de la mondialisation n'étaient pas sans contrepartie, à cause des risques, d'une part, d'instabilité des mouvements de capitaux et, d'autre part, de dégradation du tissu social, de l'économie et de l'environnement que pouvait engendrer la pauvreté. Pour toutes les parties prenantes, qu'elles viennent des pays en développement ou des économies avancées, ou, cela va de soi, qu'il s'agisse des investisseurs, c'est une raison, non pas de revenir en arrière, mais de lancer les réformes nécessaires pour renforcer les économies et le système financier international de façon à accélérer la croissance et à réduire la pauvreté.

Comment aider les pays en développement, les plus pauvres surtout, à rattraper leur retard? La mondialisation accroît-elle les inégalités ou aide-t-elle à réduire la pauvreté? L'instabilité menace-t-elle fatalement les pays qui s'intègrent à l'économie mondiale? Voilà autant de questions qui, entre autres, sont abordées dans les sections ci-après.

II. Qu'est-ce que la mondialisation?

La «mondialisation» est un processus historique qui est le fruit de l'innovation humaine et du progrès technique. Elle évoque l'intégration croissante des économies dans le monde entier, au moyen surtout des courants d'échanges et des flux financiers. Ce terme évoque aussi parfois les transferts internationaux de main-d'œuvre ou de connaissances (migrations de travail ou technologiques). La mondialisation comporte enfin des dimensions culturelle, politique et environnementale plus vastes qui ne sont pas abordées dans la présente étude.

Fondamentalement, la mondialisation n'a rien de mystérieux. Le terme est couramment utilisé depuis les années 80, c'est-à-dire depuis que le progrès technique permet d'effectuer plus facilement et plus rapidement les opérations internationales (commerciales ou financières). Il traduit le prolongement au-delà des frontières des pays des forces du marché qui ont opéré pendant des siècles à tous les niveaux d'activité économique (marchés de village, industries urbaines ou centres financiers).

Le marché favorise l'efficience grâce à la concurrence et à la division du travail (la spécialisation permet aux travailleurs et aux économies de se consacrer à ce qu'il font de mieux). Grâce à la mondialisation des marchés, il est possible de tirer parti de marchés plus nombreux et plus vastes dans le monde. Cela signifie que l'on peut avoir accès à davantage de capitaux et de ressources technologiques, que les importations sont moins coûteuses et que les débouchés pour les exportations sont élargis. Cependant, les marchés ne garantissent pas nécessairement que cette efficience accrue profite à tous. Les pays doivent être prêts à lancer les politiques indispensables et, dans le cas des plus pauvres, ils peuvent pour ce faire avoir besoin de l'appui de la communauté internationale.

III. Croissance sans précédent et aggravation des inégalités :
les tendances du revenu au XXe siècle

La mondialisation n'est pas phénomène récent. D'après certains analystes, l'économie était aussi mondialisée il y a 100 ans qu'aujourd'hui. Par contre, les échanges et les services financiers sont beaucoup plus développés et intégrés aujourd'hui. Il convient surtout de signaler que l'intégration des marchés financiers a été rendue possible grâce aux moyens de communication électroniques.

Au XXe siècle, la croissance économique a été sans précédent : le PIB mondial par habitant a presque quintuplé. Cependant, cette croissance n'a pas été régulière, l'expansion la plus vigoureuse ayant été enregistrée pendant la seconde moitié du siècle, période de forte progression des échanges accompagnée d'un mouvement de libération du commerce-- et en général un peu plus tard des flux financiers. Au graphique 1a, le siècle est divisé en quatre périodes1. Pendant l'entre deux guerres, le monde rejetait l'internationalisme -- ou la mondialisation comme l'on dit maintenant --et les pays ont fermé leur économie et adopté des mesures protectionnistes et un contrôle généralisé des capitaux. Cela a joué un rôle majeur dans les résultats profondément négatifs de cette époque (la progression du revenu par habitant est tombée à moins de 1 % pour la période 1913-1950). Pendant la seconde moitié du siècle, même si la croissance démographique a été exceptionnelle, le revenu par habitant a été supérieur à 2 %, le taux le plus élevé ayant été enregistré durant la vague de prospérité que les pays industriels ont connue après la guerre.

Le XXe siècle a été marqué par une croissance moyenne remarquable des revenus, mais qui, à l'évidence, a été elle aussi été inégalement répartie. L'écart entre les riches et les pauvres, qu'il s'agisse des pays ou des personnes, s'est creusé. Le PIB par habitant du quart le plus riche de la population mondiale a pour ainsi dire sextuplé, tandis que celui du quart le plus pauvre a moins que triplé (graphique 1b). Les inégalités de revenu se sont manifestement aggravées. Cependant, il convient de signaler que le PIB par habitant n'explique pas tout (voir section IV).

IV. Pays en développement : niveau d'intégration

Du fait de la mondialisation, les échanges et les marchés financiers mondiaux sont de plus en plus intégrés. Dans quelle mesure les pays en développement participent-ils à ce processus? Les efforts qu'ils déploient pour rattraper les économies avancées donnent des résultats inégaux. Le graphique 2a montre que, depuis 1970, le revenu par habitant se rapproche vite dans un certain nombre de pays, surtout asiatiques, des niveaux atteints dans les économies avancées. Un nombre plus élevé de pays en développement n'ont enregistré que de faibles progrès, voire ont perdu du terrain. En Afrique en particulier, le revenu par habitant a diminué par rapport aux pays industrialisés et, dans certains pays, a reculé en termes absolus. Le graphique 2b explique en partie cette évolution : les pays qui comblent leur retard sont ceux dans lesquels les échanges progressent fortement.

Examinons quatre aspects de la mondialisation :

  • Commerce international : la part des pays en développement dans le commerce mondial a dans l'ensemble augmenté, passant de 19 % en 1971 à 29 % en 1999. Cependant, le graphique 2b montre de grandes différences entre les principales régions. Par exemple, les résultats sont bons pour les nouvelles économies industrielles (NEI) d'Asie, alors qu'ils sont médiocres pour l'Afrique dans son ensemble. La composition des exportations des pays est également importante. Jusqu'à présent, la plus forte augmentation a été enregistrée par les exportations de biens manufacturés, mais la part dans les exportations mondiales des produits de base, comme les denrées et les matières premières, qui viennent souvent des pays les plus pauvres, a diminué.

  • Mouvements de capitaux : le graphique 3 décrit ce que la mondialisation évoque pour le plus grand nombre : un fort accroissement des apports de capitaux privés dans les pays en développement pendant la majeure partie des années 90. Il montre aussi que a) cet accroissement a suivi une période -- dans les années 80 -- où ces apports étaient particulièrement faibles; b) les flux nets officiels d'«aide» ou d'assistance au développement diminuent sensiblement depuis le début des années 80; c) la composition des flux privés s'est sensiblement modifiée. L'investissement direct étranger occupe maintenant la première place. L'investissement de portefeuille et le crédit bancaire ont augmenté, mais ont été davantage instables, chutant fortement après les crises financières de la fin des années 90.

  • Migrations : les travailleurs s'expatrient notamment parce que les perspectives d'emploi sont meilleures dans d'autres pays. On ne dispose jusqu' à présent que de peu de chiffres dans ce domaine, mais, au cours de la période 1965-90, la main-d'œuvre étrangère a augmenté de moitié environ dans le monde. La plupart des migrations se font entre les pays en développement. Toutefois, le flux de travailleurs migrants vers les économies avancées permettra sans doute un rapprochement des salaires au niveau mondial. Il est également possible que des travailleurs reviennent avec leurs compétences dans les pays en développement et que les salaires augmentent dans ces pays.

  • Diffusion des connaissances (et de la technologie) : les échanges d'informations sont un aspect souvent méconnu, mais qui fait partie intégrante de la mondialisation. Par exemple, l'investissement étranger direct est à l'origine non seulement d'une augmentation du capital physique, mais aussi de l'innovation technique. De façon plus générale, l'information sur les méthodes de production, les techniques de gestion, les marchés à l'exportation et les politiques économiques est disponible à un coût très faible et représente une ressource très précieuse pour les pays en développement.

Le cas spécial des économies en transition, qui elles aussi s'intègrent de plus en plus à l'économie mondiale, n'est pas approfondi dans la présente étude. En fait, l'expression «économie en transition» n'est plus tout à fait exacte. La structure et les résultats de certains pays, la Pologne et la Hongrie par exemple, se rapprochent très rapidement de ceux des économies avancées. Et, d'autres pays comme ceux de l'ex-URSS font face à des problèmes structurels et institutionnels à long terme analogues à ceux que connaissent les pays en développement.

V. La mondialisation accroît-elle la pauvreté et les inégalités?

Au cours du XXe siècle, le revenu moyen mondial par habitant s'est fortement accru, mais de façon très irrégulière selon les pays. À l'évidence, l'écart de revenu entre les pays riches et les pays pauvres se creuse depuis des dizaines d'années. Les dernières Perspectives de l'économie mondiale contiennent une étude de 42 pays (représentant près de 90 % de la population mondiale) pour lesquels des données sont disponibles pour tout le XXe siècle. La conclusion est que la production par habitant a augmenté sensiblement, mais que la répartition du revenu entre les pays est plus inégale qu'au début du siècle.

Cependant, le revenu n'explique pas tout; une mesure plus large du bien-être économique prenant notamment en considération la dimension sociale montre que les pays pauvres ont accompli des progrès considérables. Par exemple, les indicateurs sociaux de certains pays à faible revenu, comme le Sri Lanka, sont impressionnants. Il ressort d'une étude récente2 que, si on compare les pays en utilisant les indicateurs du développement humain (IDH) des Nations Unis, qui tiennent compte de l'éducation et de l'espérance de vie, les résultats sont très différents de ce que laissent entrevoir les seules statistiques de revenu.

Il se peut fort bien que le fossé ait été en partie comblé. L'une des conclusions frappantes de l'étude est le contraste entre ce que l'on peut appeler les «disparités de revenu» et l'«écart entre les IDH». Aujourd'hui, le revenu (ajusté pour tenir compte de l'inflation) dans les pays pauvres est encore inférieur à ce qu'il était dans les grands pays en 1870. Et l'écart entre les revenus s'est creusé. Toutefois, les IDH des pays pauvres sont nettement meilleurs que ceux des grands pays en 1870. Ce résultat tient essentiellement à ce que l'espérance de vie a sensiblement augmenté grâce aux progrès de la médecine et à l'amélioration du niveau de vie.

Cependant, même si l'écart entre les IDH se rétrécit à long terme, beaucoup trop de gens perdent pied. L'espérance de vie a peut-être augmenté, mais la qualité de la vie ne s'est guère améliorée, nombreux étant ceux qui vivent encore dans la misère noire. Enfin, la propagation du SIDA dans toute l'Afrique ces dix dernières années réduit l'espérance de vie dans un nombre élevé de pays.

Il est de nouveau urgent d'adopter des politiques spécifiquement conçues pour lutter contre la pauvreté. Les pays dont la croissance est robuste et qui appliquent les bonnes politiques peuvent espérer réduire durablement la pauvreté, puisqu'on a récemment observé qu'il existe au moins une relation automatique entre la croissance et la réduction de la pauvreté. Et, si de vigoureuses politiques de lutte contre la pauvreté -- par exemple, qui ciblent bien les dépenses sociales -- sont poursuivies, il y a alors des chances que la croissance se traduise par une réduction plus rapide de la pauvreté. C'est l'une des raisons pour lesquelles les responsables de la politique économique, dont le FMI, doivent prendre en compte plus explicitement l'objectif de réduction de la pauvreté.

VI. Comment les pays pauvres peuvent-ils combler plus
rapidement leur retard?

Le relèvement des niveaux de vie s'explique par l'accumulation de capital physique (investissement) et de capital humain (travail), ainsi que par le progrès technique (ce que les économistes appelle la productivité totale des facteurs)3. De nombreux facteurs peuvent faciliter ou entraver le processus. L'expérience des pays qui ont augmenté leur production plus rapidement fait ressortir l'importance de créer des conditions propices à une croissance à long terme du revenu par habitant. La stabilité économique, le renforcement des institutions et les réformes structurelles sont au moins aussi utiles pour le développement à long terme que les transferts financiers, si indispensables soient-ils. Ce qui compte c'est l'ensemble des politiques adoptées, l'octroi d'une assistance financière ou technique et, si nécessaire, un allégement de la dette.

Les politiques doivent prévoir :

  • des mesures visant à assurer la stabilité macroéconomique de façon à créer des conditions propices à l'investissement et à l'épargne;
  • des mesures axées sur l'extérieur afin de promouvoir l'efficience par une augmentation des échanges et de l'investissement;
  • des réformes structurelles visant à encourager la concurrence sur le territoire national;
  • des institutions fortes et un gouvernement efficace afin d'assurer une bonne gestion des affaires publiques;
  • des mesures dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la recherche et du développement afin de stimuler la productivité;
  • une gestion de la dette extérieure permettant de mobiliser des ressources suffisantes pour un développement durable.

Toutes ces politiques doivent s'inscrire essentiellement dans le cadre de stratégies de réduction de la pauvreté propres aux pays et comportant des mesures -- pour lesquelles des crédits suffisants seront prévus -- en matière entre autres de santé, d'éducation et de protection sociale renforcée. Une approche participative, faisant notamment intervenir la société civile, accroîtrait considérablement les chances de succès de ces politiques.

Les économies avancées peuvent aider puissamment les pays à faible revenu à intégrer l'économie mondiale :

  • En stimulant les échanges; l'une des propositions avancées est de laisser les exportations des pays pauvres accéder pleinement au marché, permettant ainsi à ces pays de passer du stade d'une spécialisation limitée aux produits de base à celui de la transformation de biens pour l'exportation.

  • En encourageant les apports de capitaux privés dans les pays à faible revenu, en particulier l'investissement direct étranger, avec le double avantage d'assurer des flux financiers et des transferts de technologie réguliers.

  • En accélérant l'allégement de la dette grâce à une augmentation de l'aide financière; l'aide publique au développement (APD) est tombée en 1998 à 0,24 % du PIB dans les pays avancés (contre un objectif de 0,7 percent prévu par les Nations Unis). Comme l'a fait remarquer Michel Camdessus, le précédent Directeur général du FMI, la fatigue des bailleurs de fonds n'est pas une excuse crédible -- mais plutôt un argument purement cynique -- à un moment où, depuis dix ans, les pays avancés ont la chance de pouvoir bénéficier des dividendes de la paix.

Le FMI appuie les réformes qu'entreprennent les pays pauvres au moyen de sa nouvelle facilité pour la croissance et la réduction de la pauvreté et contribue à alléger la dette grâce à l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés4.

VII. La mondialisation pénalise-t-elle les travailleurs des pays avancés?

La mondialisation est également source d'inquiétudes dans les économies avancées. Dans quelle mesure y-a-t-il vraiment un risque, comme on le croit, que des travailleurs bien rémunérés perdent leur emploi et que la demande de travailleurs moins qualifiés diminue à cause de la concurrence exercée par les économies à bas salaires? Les mutations que connaissent les économies et les sociétés avancées sont-elles directement le résultat de la mondialisation?

Les économies sont en constante mutation et la mondialisation est l'une des tendances qui caractérisent cette mutation. D'autres tendances sont à signaler : à mesure qu'elles atteignent leur régime de croisière, les économies industrielles se tournent davantage vers les services pour répondre à l'évolution de leur consommation intérieure et comptent, en outre, de plus en plus d'emplois hautement qualifiés. Cependant, il y a tout lieu de croire que ces mutations se produiraient -- mais pas nécessairement au même rythme -- indépendamment de la mondialisation. En fait, la mondialisation facilite le processus et le rend moins coûteux pour l'économie dans son ensemble grâce aux flux de capitaux, aux innovations technologiques et à la baisse des prix des importations. La croissance, l'emploi et le niveau de vie atteignent tous des chiffres supérieurs à ce qu'ils auraient été dans une économie fermée.

Cependant, ces avantages sont le plus souvent répartis inégalement entre les pays et certains segments de la population risquent d'y perdre. Par exemple, il se peut que les travailleurs des vieilles industries sur le déclin aient des difficultés à se recycler dans la nouvelle économie.

Que doivent faire les autorités? Doivent-elles essayer de protéger des groupes particuliers comme les travailleurs à bas salaire ou ceux des vieilles industries, en limitant les échanges ou les flux de capitaux? L'aide partielle qu'elles peuvent ainsi apporter à court terme porte atteinte en fin de compte au niveau de vie de la population en général. Elles devraient plutôt appliquer des politiques qui encouragent l'intégration dans l'économie mondiale tout en mettant en place des mesures pour aider ceux qui sont gravement touchés par les mutations. Il serait plus avantageux pour l'économie dans son ensemble de prendre des mesures qui favorisent la mondialisation en stimulant l'ouverture de l'économie et qui, en même temps, s'attaquent sérieusement à la question du partage des bienfaits de cette ouverture. Les autorités devraient privilégier deux domaines importants :

  • L'éducation et la formation professionnelle, afin que les travailleurs puissent avoir la chance d'acquérir les compétences nécessaires dans une économie en constante mutation;
  • Une protection sociale bien ciblée pour aider ceux qui perdent leur emploi.

VIII. Les crises périodiques sont-elles une conséquence inévitable
de la mondialisation?

Les crises financières des années 90--Mexique, Thaïlande, Indonésie, Corée, Russie et Brésil--donnent à penser que certaines d'entre elles sont la conséquence directe et inévitable de la mondialisation. En réalité, il faut se demander si, aussi bien dans les économies avancées que dans les économies de marché émergentes, la mondialisation rend la gestion de l'économie plus difficile (encadré 1).

Encadré 1. Élaboration de la politique économique : la mondialisation porte-t-elle atteinte à la souveraineté nationale?

L'intégration mondiale plus poussée, notamment dans le domaine financier, rend-elle plus difficile pour les pays la gestion de l'activité économique, par exemple en limitant leur pouvoir de choisir les taux d'imposition ou le système fiscal ou leur liberté d'action sur le plan monétaire ou celui des changes? Si l'on suppose qu'une croissance durable accompagnée d'une inflation faible et le progrès social sont les objectifs des pays, l'expérience de ces 50 dernières années montre bien que la mondialisation contribue à la réalisation de ces objectifs à long terme.

Comme nous l'avons vu ces dernières années, l'instabilité des flux de capitaux à court terme peut menacer la stabilité macroéconomique dans l'immédiat. En conséquence, dans un monde où les marchés financiers sont intégrés, les pays estiment qu'il est de plus en plus dangereux de suivre des politiques qui n'encouragent pas la stabilité financière. Cette discipline s'applique aussi au secteur privé, qui pourra difficilement majorer les salaires ou les prix s'il risque d'en résulter une perte de compétitivité pour leur pays.

Il existe aussi un risque d'une autre nature. Parfois, les investisseurs--surtout ceux à court terme--sont trop confiants dans les perspectives d'un pays, qui peut alors continuer de recevoir des capitaux même lorsque sa politique économique est devenue trop laxiste. Mais, il se peut qu'en cas de revirement d'opinion, les capitaux quittent brutalement ce pays.

En bref, la, mondialisation ne porte pas atteinte à la souveraineté nationale. Elle incite fortement les pays à appliquer de bonnes politiques économiques. Elle devrait encourager le secteur privé à analyser soigneusement les risques. Cependant, les flux d'investissement à court terme peuvent être excessivement instables.

Dans le cadre du renforcement actuel de l'architecture financière internationale, il est indispensable d'accroître la stabilité des flux internationaux de capitaux. À cet égard, d'aucuns s'inquiètent de ce que la mondialisation entraîne l'abolition de règles régissant l'activité économique. Il convient néanmoins de rappeler que l'un des principaux objectifs des travaux sur l'architecture financière internationale est de mettre au point des normes et des codes s'inspirant de principes universellement acceptés et susceptibles d'être appliqués dans des cadres nationaux très différents.

À l'évidence, les risques inhérents aux marchés mondiaux de capitaux ont joué un rôle dans les crises, mais la croissance n'aurait pu atteindre des chiffres aussi impressionnants dans ces pays sans ces flux.

Ces crises ont été complexes du fait de l'interaction entre les déficiences des politiques nationales et celles du système financier international. Les pays et l'ensemble de la communauté internationale prennent actuellement des mesures pour réduire les risques de crise dans l'avenir.

Même si les résultats économiques étaient impressionnants dans plusieurs d'entre eux, ces pays n'étaient pas prêts à surmonter les chocs qui pouvaient se propager par les marchés mondiaux. Stabilité macroéconomique, solidité du système financier, ouverture de l'économie, transparence et bonne gestion des affaires publiques sont autant de conditions que doivent remplir les pays qui participent à ces marchés. Or chacun des pays accusait des déficiences sur l'un ou l'autre de ces points.

Au niveau international, plusieurs lignes de défense importantes contre les crises ont été percées. Les investisseurs n'avaient pas bien apprécié les risques. Dans les grands centres financiers, les contrôleurs n'ont pas suivi assez attentivement l'évolution de la situation. Les informations disponibles sur certains investisseurs internationaux, notamment des établissements financiers offshore, étaient insuffisantes. Le marché a donc été enclin à adopter un «comportement grégaire», qui s'est traduit par des revirements soudains d'opinion et des entrées ou des sorties rapides de capitaux, surtout à court terme.

La communauté internationale répond à la dimension mondiale des crises en ne cessant de renforcer l'architecture des systèmes monétaire et financier internationaux. L'objectif général est que les marchés fonctionnent de manière plus transparente et équitable et plus efficacement. A cet égard, le FMI a un rôle central à jouer, qui est examiné dans des notices explicatives distinctes5.

IX. Rôle des institutions et des organisations

Les institutions nationales et internationales, qui sont inévitablement influencées par les différences de culture, jouent un rôle important dans le processus de mondialisation. Le mieux est peut-être de laisser un commentateur externe faire part de ses réflexions sur ce rôle :

«...que l'avènement de marchés des produits de base ou de marchés financiers hautement intégrés se soit accompagné de tensions commerciales et de problèmes d'instabilité financière ne devrait pas être une surprise, ...... La surprise est que ces problèmes ne soient même pas plus graves aujourd'hui, étant donné le degré si élevé de cette intégration.

«L'une des explications possibles [de cette surprise] est le rôle stabilisateur des institutions mises en place dans l'intervalle. À cet égard, il convient de mentionner, au niveau des pays, les dispositifs de protection sociale et financière et, au niveau international, l'OMC, le FMI et le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ces institutions sont peut-être loin d'être parfaites, mais mieux vaut les avoir à en juger par la relation historique entre le degré d'intégration d'une part et le volume des litiges commerciaux et le niveau d'instabilité financière d'autre part.»6.

X. Conclusion

À mesure que la mondialisation a progressé, le niveau de vie (surtout lorsqu'il est mesuré par des indicateurs globaux) s'est sensiblement amélioré dans presque tous les pays. Cependant, les meilleurs résultats ont été obtenus par les pays avancés et seulement quelques pays en développement.

Que l'écart se soit creusé entre les pays à revenu élevé et ceux à faible revenu est un sujet d'inquiétude. Et le nombre de personnes qui, dans le monde, vivent dans la misère noire est profondément préoccupant. Cependant, il est erroné de conclure que la mondialisation est à l'origine de cet écart ou que rien ne peut être fait pour améliorer la situation. Les pays à faible revenu n'ont pu s'intégrer à l'économie mondiale aussi rapidement que les autres à cause en partie des politiques qu'ils ont choisies et en partie de facteurs échappant à leur volonté. Aucun pays, et encore moins ceux qui sont pauvres, ne peut se permettre de demeurer en marge de l'économie mondiale. Tous les pays devraient s'employer à lutter contre la pauvreté. La communauté internationale devrait essayer, par un renforcement du système financier international, ainsi que dans le cadre du commerce mondial et par une augmentation de ses concours financiers, d'aider les pays pauvres à s'intégrer à l'économie mondiale, à accélérer leur croissance et à réduire la pauvreté. C'est le meilleur moyen de permettre à tous dans tous les pays de bénéficier de la mondialisation.


1Les thèmes abordés dans la présente section sont développés dans les Perspectives de l'économie mondiale, Fonds monétaire international, Washington, mai 2000.
2Nicholas Crafts, Globalization and Growth in the Twentieth Century, Document de travail du FMI, WP/00/44, Washington, avril 2000.
3Ces questions sont approfondies au chapitre IV des Perspectives de l'économie mondiale de mai 2000.
4Voir les notices explicatives «The Poverty Reduction and Growth Facility (PRGF) -- Operational Issues» et «Overview : Transforming the Enhanced Structural Adjustment Facility (ESAF) and the Debt Initiative for the Heavily Indebted Poor Countries (HIPCs)», qu'il est possible de consulter sur le site www.imf.org.
5Voir «Progress in Strengthening the Architecture of the International Monetary System » : http://www.imf.org/external/np/exr/facts/arc.guide.ht m et Guide to Progress in Strengthening of the International Financial System : http://www.imf.org/external/np/facts/exr/arcguide.htm.
6Bordo, Michael D., Barry Eichengreen et Douglas A. Irwin, Is Globalization Today Really Different than Globalization a Hundred Years Ago? Document de travail n° 7195, National Bureau of Economic Research, Cambridge, MA, juin 1999.