Déclaration d'une délégation du FMI en Côte d'Ivoire

Communiqué de presse no 07/111 (F)
29 mai 2007

Le Directeur du département Afrique du FMI, M. Abdoulaye Bio-Tchané, a fait la déclaration suivante à Abidjan, à la conclusion de sa visite de deux jours en Côte d'Ivoire :

« A la fin de ce séjour de deux jours, je voudrais remercier les autorités ivoiriennes pour l'accueil chaleureux et les échanges fructueux que j'ai eus ici à Abidjan.

« Depuis deux mois, les services du FMI ont mené avec les autorités ivoiriennes des discussions sur un programme économique qui pourrait être appuyé par une Assistance d'Urgence Post Conflit (AUPC) du FMI. Comme annoncé le 15 mai, les négociations ont abouti à un accord de principes qui pourrait être confirmé dans les semaines à venir dès que tous les éléments seront en place.

« A la suite des entretiens que j'ai eus avec le Président Laurent Gbagbo, le Premier Ministre Guillaume Soro, le Ministre de l'Économie et des Finances Charles Diby ainsi que plusieurs autres personnalités, je suis encouragé par les progrès enregistrés au plan politique, notamment le début de mise en œuvre de l'Accord de Ouagadougou. J'ai noté que dans les semaines prochaines des étapes importantes de la feuille de route de l'Accord seront franchies, notamment au niveau du désarmement des ex-combattants, du démantèlement des milices, du redéploiement de l'administration et de l'identification de la population. Ces étapes franchies, la Côte d'Ivoire pourra véritablement passer au post conflit, laisser le conflit derrière elle et entamer fermement sa relance économique et sociale. Cela permettra également à la Côte d'Ivoire d'obtenir le soutien concerté de ses partenaires extérieurs, y compris celui du FMI.

« Les autorités ivoiriennes nous ont réitéré que la mise en œuvre de leur programme économique et le soutien international qui l'accompagne permettront à la Côte d'Ivoire de retrouver le chemin d'une croissance soutenue. Bien que depuis le début de la crise l'économie ivoirienne ait montré une certaine résistance, les revenus par habitant et la pauvreté se sont fortement détériorés. Renouer rapidement avec une forte croissance-dont la Côte d'Ivoire a certainement le potentiel-est essentiel pour réduire la pauvreté et continuer dans la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

« Au cœur des politiques économiques discutées avec les autorités ivoiriennes sont la rigueur et la transparence dans la gestion des finances publiques pour assurer que les ressources nécessaires à la réunification, aux services sociaux et à la réhabilitation des infrastructures de base sont disponibles. Nous avons également échangé sur les besoins financiers des programmes liés à la sortie de la crise tels que le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion (DDR), le redéploiement de l'administration, l'identification de la population et l'organisation des élections.

« L'ensemble de ces éléments font partie du programme financier pour 2007 dont les besoins de financement pourraient être couverts, grâce à un effort concerté de la communauté internationale, notamment la Banque mondiale, l'UE, le FMI et d'autres bailleurs de fonds.

« Je suis encouragé par les assurances données par le Gouvernement et les mesures déjà prises pour avancer les processus de sortie de la crise, commencer à mettre en œuvre le programme économique et obtenir les concours financiers nécessaires, y compris grâce à un accord de principes pour apurer les arriérés vis-à-vis de la Banque mondiale et la Banque africaine de développement.

« Pour sa part, le Fonds monétaire international reste prêt à appuyer la Côte d'Ivoire dans ses efforts pour sortir de la crise et reconstruire le pays. La sous-région, l'Afrique et la communauté internationale ont besoin de retrouver une Côte d'Ivoire forte et prospère.»



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100