Bienvenue sur le site du Bureau FMI du représentant résident au Burundi. Cette page Internet fournit des informations sur les activités du FMI au Burundi et sur les relations entre le Burundi et le FMI. 

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, consultez la page suivante : Le Burundi et le FMI (en anglais). Vous y trouverez les rapports officiels du FMI et les documents du conseil d’administration du FMI sur le Burundi.

Retour en haut

Aperçu général

  • Membres actuels : 189 pays
  • Le Burundi a rejoint le Fonds le 28 septembre 1963
  • Quota total : 77,00 millions de DTS
  • Encours de crédits : 71,19 million de DTS
  • Burundi : Rapport des services du FMI sur les consultations de 2014 au titre de l’article IV, cinquième revue de l’accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit et demande de modification de critères de réalisation : Rapport du FMI no 14/293, 23 juillet, 2014

Retour en haut

Perspectives économiques régionales


Perspectives économiques régionales : Mobilisation des recettes fiscales et investissement privé

mai 2018

 
La croissance en Afrique subsaharienne devrait être marquée par une légère hausse, et des politiques fermes sont nécessaires à la fois pour réduire les vulnérabilités et pour améliorer les perspectives de croissance à moyen terme. On estime que la croissance moyenne de la région s’établira à 3,4 % en 2018—en hausse par rapport à 2017, où elle était de 2,8 %. Plus des deux tiers des pays de la région devraient profiter d’une accélération de leur croissance, soutenue par une croissance mondiale plus forte, les prix plus élevés des matières premières et un meilleur accès aux marchés de capitaux. Sur la base des politiques actuelles, on s’attend à ce que la croissance de la région se stabilise un peu en dessous de 4 %—à peine 1 % par habitant—à moyen terme. Des politiques visant à réduire les vulnérabilités tout en améliorant les perspectives de croissance à moyen terme s’imposent pour transformer la reprise actuelle en une croissance forte et durable, conformément aux objectifs de développement durable. Adopter une politique budgétaire prudente s’avère indispensable pour maîtriser la dette publique. Par ailleurs, la politique monétaire doit être orientée de sorte à garantir une inflation faible. Les pays de la région devraient également renforcer la mobilisation des recettes et poursuivre les réformes structurelles entreprises afin de réduire les distorsions de marché et de créer ainsi un environnement favorable à l’investissement privé.

Lire le rapport