Déclaration de la Mission des Services du FMI au Tchad

Communiqué de presse n° 11/235
15 juin 2011

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par M. Jaroslaw Wieczorek, Chef de Mission pour le Tchad, a séjourné à N’Djaména du 2 au 15 juin 2011 pour mener les consultations au titre de l'article IV des statuts du FMI.

A la fin de la mission, M. Wieczorek a rendu publique la déclaration suivante à N'Djaména aujourd'hui :

« En 2010, le secteur agricole a été le moteur de la croissance économique, ce qui a protégé le Tchad de l’impact de la crise alimentaire mondiale. Grâce à la bonne pluviométrie et aux soutiens divers apportés aux paysans, la croissance du PIB s’est établie à 13% et les prix à la consommation ont baissé de 2% ». 

« La reprise du prix mondial du pétrole a contribué à l’amélioration du solde budgétaire global en 2010 par rapport à 2009. Néanmoins, la position budgétaire sous-jacente, telle que mesurée par le solde primaire non pétrolier, s’est quelque peu détériorée (de 28% à 31% du PIB hors pétrole). Aussi, malgré les efforts déployés pour contenir les dépenses à la fin de l’année, le plafond défini dans la Loi de Finances rectificative a été dépassé, essentiellement à cause du niveau élevé des investissements en infrastructures et autres dépenses liées à la période préélectorale et au cinquantenaire de l’indépendance ».

« Le déficit du compte courant de la balance des paiements s’est élargi entre 2009 et 2010 (de 18% à 33% du PIB) à cause des importations élevées relatives aux investissements publics et aux investissements directs dans le secteur énergétique. Dans le même temps, les réserves internationales se sont améliorées de 35 milliards de FCFA. La dette publique extérieure demeure peu élevée (25% du PIB), mais elle risque d’augmenter si la politique budgétaire n’est pas réajustée sur l’objectif de viabilité à moyen terme ».

« En 2011, la croissance économique est projetée à 3,1% et l’inflation, qui est restée négative au cours du premier trimestre, ne dépassera pas 2% sur l’année. Plus récemment, cependant, il a été noté des signes d’une hausse des prix des produits alimentaires, qui peut être partiellement attribuée à l’entrée dans la période de soudure ».

« La situation des finances publiques au cours des cinq premiers mois de l’année a été légèrement meilleure qu’à la même période en 2010. Cependant, les recettes hors pétrole ont été moins élevées que prévues et les dépenses extrabudgétaires ont continué. L’exécution des dépenses récurrentes et achats d’équipements pour les secteurs sociaux a été faible contrairement à celle des dépenses liées à la construction d’infrastructures et de bâtiments publics ».

« Le FMI réaffirme sa disponibilité à travailler avec les autorités tchadiennes pour assurer la stabilité macroéconomique. A cette fin, la mission recommande de réaligner la politique budgétaire pour le reste de 2011 sur les objectifs fixés dans la Loi de Finances 2011 et de ne pas recourir à la procédure de « dépenses avant ordonnancement » (DAO) pour exécuter les dépenses extrabudgétaires n’ayant pas caractère d’urgence. Une bonne performance dans ces domaines pourra ouvrir, comme souhaité par les autorités, la voie vers un programme de référence suivi par les services du FMI et qui, en cas de réussite, conduira vers un programme avec utilisation de ressources du FMI et, ultérieurement, vers un allègement de la dette au titre de l’initiative PPTE. »

« La mission salue l’enthousiasme manifesté par les autorités tchadiennes pour l’organisation d’un forum économique sur les défis et opportunités qui se présentent à l’économie tchadienne. Ce forum sera l’occasion pour les autorités tchadiennes d’articuler leur vision de développement économique et social, et de bénéficier des apports intellectuels susceptibles d’enrichir cette vision à travers un échange avec la société civile, le secteur privé et les partenaires au développement. »

« La mission remercie les autorités tchadiennes, les membres du patronat et de la société civile, ainsi que les partenaires techniques et financiers et plus particulièrement la Banque Mondiale, pour leur excellente collaboration et la qualité des discussions qu’elle a eues au cours de son séjour. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100