IMF Logo

(photo : Sultan Mahmud Mukut/SOPA Image/Newscom)

Bulletin du FMI : Lever les contraintes structurelles pour entretenir la croissance en Afrique

le 11 octobre 2014

  • L’Afrique subsaharienne devrait afficher une croissance de 5 % en 2014 et 5¾ % en 2015
  • La région devrait rester la deuxième au monde en termes de croissance
  • La flambée d’Ébola provoque des souffrances humaines et des retombées économiques négatives

Pour entretenir la croissance, l’Afrique subsaharienne devra s’attaquer de manière résolue aux contraintes structurelles qui pèsent sur la croissance, telles que déficits d’infrastructures ou médiocrité du climat des affaires, a déclaré Antoinette Sayeh, Directrice du Département Afrique.

Chantier à Abidjan, Côte d’Ivoire: l’objectif est de concilier les dépenses d’infrastructure et la gestion de la dette publique (photo : Thierry Gouegnon/Reuters/Corbis)

Chantier à Abidjan, Côte d’Ivoire: l’objectif est de concilier les dépenses d’infrastructure et la gestion de la dette publique (photo : Thierry Gouegnon/Reuters/Corbis)

ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 2014 DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE

Lors d’une conférence de presse organisée le 10 octobre en marge de l’Assemblée annuelle de 2014 du FMI et de la Banque mondiale, elle a ajouté qu’il fallait prévenir l’apparition de nouveaux déséquilibres macroéconomiques, tels que déficits extérieurs ou courants, pour nourrir l’expansion.

« La tâche consistera à bien concilier, d’une part, l’augmentation des investissements d’infrastructures et les autres objectifs de développement et, d’autre part, le souci d’éviter une accumulation insoutenable de dette publique», a déclaré Mme Sayeh aux journalistes.

Elle a précisé que le tableau demeurait globalement favorable pour l’Afrique subsaharienne, l’économie de la région devant connaître un taux de croissance de 5 % en 2014, puis de 5¾ % en 2015. La grande majorité des pays de la région continuent d’afficher une croissance vigoureuse, alimentée par l’investissement dans l’infrastructure, un secteur des services dynamique et une forte production agricole.

«Globalement, nous nous attendons donc à ce que l’Afrique subsaharienne reste la deuxième région du monde en termes de croissance, juste derrière les pays émergents et en développement d’Asie», a signalé Mme Sayeh. Elle a toutefois précisé qu’a ce tableau positif s’ajoutait la tragique situation que connaissent la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, où la flambée d’Ébola s’étend sans répit.

Les conséquences de l’Ébola

«Outre le coût intolérable en vies humaines, et par-delà les souffrances et les bouleversements sociaux, cette flambée porte aussi gravement atteinte à l’économie et aux institutions de ces pays, au demeurant déjà fragiles», a déclaré Mme Sayeh. Même si le fléau se limite à ces trois pays, il a des retombées négatives dans les nations voisines.

Mme Sayeh a précisé qu’en Gambie, pays dont l’économie dépend fortement du tourisme, et au Sénégal, où cette dépendance est moindre, de nombreux voyages et séjours ont été annulés. D’autres carrefours régionaux, tels que le Ghana et le Kenya, pourraient également connaître un tassement passager du trafic aérien et de l’activité hôtelière.

Mme Sayeh a évoqué la situation des pays, en petit nombre, où l’activité économique se heurte à des difficultés de nature intérieure. Par exemple, en Afrique du Sud, la croissance reste timide en raison des goulets d’étranglement dans l’approvisionnement en électricité, d’une faible compétitivité sur les marchés des produits et de relations sociales tendues. Par ailleurs, dans quelques autres pays, dont le Ghana, et plus récemment la Zambie, de grands déséquilibres macroéconomiques se traduisent par des tensions sur le taux de change et l’inflation.

Entretenir la croissance, promouvoir l’inclusion

Dans cette conjoncture, pour la majorité des pays africains, la priorité reste le maintien de la croissance et les politiques destinées à la rendre plus inclusive, a déclaré Mme Sayeh. De manière plus précise :

• Pour entretenir la croissance il faut s’attaquer aux principaux goulets d’étranglement structurels, tels que déficits d’infrastructure ou climat des affaires médiocre, et éviter les déséquilibres macroéconomiques, tels que déficits budgétaires et courants excessifs.

• Entretenir la croissance est une nécessité pour promouvoir la création d’emplois et réduire la pauvreté. Cependant, la croissance n’est pas toujours une condition suffisante d’inclusion, et il faut déployer des dispositifs de protection sociale, mieux cibler les services publics et investir dans les régions défavorisées.

Accroître les financements pour combattre l’Ébola

Dans les pays actuellement frappés par la flambée d’Ébola, les déficits budgétaires devront se creuser pour pouvoir prendre en charge le surcroît de dépenses liées à la lutte contre le virus et pour éviter un ralentissement encore plus grave de l’activité économique. Face à cette nécessité, la principale contrainte est celle du financement.

Mme Sayeh a noté que le Conseil d’administration du FMI avait récemment approuvé quelque 130 millions de dollars d’assistance supplémentaire en faveur de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone. «Mais d’importants écarts de financement subsistent, aussi bien pour le reste de 2014 que pour 2015, et il importe de mobiliser un appui supplémentaire auprès des créanciers bilatéraux et multilatéraux pour venir en aide à ces pays», a-t-elle précisé.

En réponse aux questions des journalistes, Mme Sayeh a souligné que l’assistance financière du FMI aux trois pays touchés par la flambée d’Ébola présente un taux d’intérêt nul et couvre une part considérable du déficit de financement combiné de ces pays, estimé à environ 300 millions de dollars, montant qui pourrait être revu avec l’évolution de la situation.

Toutefois, notant que le financement concessionnel du FMI comprend des prêts et non des dons, Mme Sayeh a ajouté : «La meilleure solution pour les pays aux prises à un choc comme celui de l’Ébola, et à ses ravages sur le plan humain, consiste à recevoir un important financement sous forme de dons de la part des bailleurs de fonds et des partenaires».

Financements sur les marchés

Saluant le recours grandissant des pays d’Afrique subsaharienne aux marchés de capitaux internationaux à la faveur de récentes émissions d’obligations souveraines, Mme Sayeh a signalé que ces emprunts traduisaient un intérêt grandissant des investisseurs à l’égard de la région, montraient à quel point celle-ci avait progressé dans la mise en œuvre de meilleures politiques macroéconomiques, aidaient les pays à diversifier leurs sources de financement et étaient de nature à encourager les émissions du secteur privé.

Elle a cependant rappelé que les pays devaient être prudents dans l’utilisation de la formule des émissions obligataires et tenir compte des risques de remboursement in fine et des risques de change, en veillant par ailleurs à utiliser le produit des émissions à bon escient, à l’appui de projets de haute qualité qui contribueront à financer le remboursement ultérieur.

S’agissant de la question plus générale des emprunts publics, Mme Sayeh a signalé que le FMI comptait présenter une politique révisée de plafond d’endettement au Conseil d’administration après l’Assemblée annuelle. Cette initiative sera, selon elle, importante pour donner aux pays plus de souplesse dans le travail qu’ils devront entreprendre pour concilier l’expansion de l’infrastructure et le maintien de la viabilité de la dette.

De nouvelles bases, plus souvent

Mme Sayeh a également salué les efforts consentis par les pays de la région pour redéfinir la base de calcul de leur PIB, mais à engagé les autorités à redéfinir cette base plus souvent. «Certains pays ont attendu une vingtaine d’années avant de mettre à jour les enquêtes qui entrent dans leurs estimations du PIB. Dans ce domaine, la pratique optimale consiste à adopter de nouvelles bases à intervalle quinquennal».

Reconnaissant que les enquêtes qui permettent de mettre à jour le PIB sont coûteuses et complexes, Mme Sayeh a ajouté que le travail statistique devait recevoir un appui plus fourni de la part des bailleurs de fonds et des autorités car les offices statistiques manquent souvent de moyens. Mme Sayeh a précisé que les centres régionaux d’assistance technique du FMI comptaient des conseillers statistiques de longue durée.

â–  Les Perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne élaborées par le FMI seront présentées le 20 octobre 2014.