Young job seeker is interviewed at a job fair in Barcelona. Spain's youth unemployment remains among the highest in the European Union. (Photo: Gustau Nacarino/Reuters/Newscom)

Centre commercial à Varsovie, en Pologne : les pays émergents ont réussi à ramener l'inflation à un niveau faible. (Photo : Caro/Bastian/Newscom)

Bulletin du FMI : Des réformes énergiques pour passer à la catégorie de revenu élevé

le 17 décembre 2014

  • Sept petits pays à revenu intermédiaire d’Afrique ambitionnent de passer au stade supérieur
  • Les moteurs de croissance s’essoufflent, les revenus augmentent lentement : risque lié au «piège du revenu intermédiaire»
  • L’apprentissage entre pairs pourrait contribuer à faire progresser les réformes dans les pays à revenu intermédiaire de la région

Les petits pays à revenu intermédiaire d’Afrique subsaharienne doivent entreprendre des réformes énergiques pour impulser la croissance et éviter le «piège du revenu intermédiaire», concluent les participants à un séminaire à Maurice.

Atelier de confection à Gaborone. Le Botswana  est un des pays d’Afrique confrontés au «piège du revenu intermédiaire» (photo: Heiner Heine/Newscom)

Atelier de confection à Gaborone. Le Botswana est un des pays d’Afrique confrontés au «piège du revenu intermédiaire» (photo: Heiner Heine/Newscom)

PETITS PAYS À REVENU INTERMÉDIAIRE

Réunis pour un séminaire consacré à l’apprentissage entre pairs à l’Institut de formation pour l’Afrique, à Maurice, 18 hauts responsables de sept petits pays à revenu intermédiaire d’Afrique ont passé en revue les enjeux macroéconomiques et structurels qui leur sont communs. Ils sont convenus que l’apprentissage entre pairs offre un potentiel encore inexploité pour faire progresser les réformes dans leurs pays.

Le séminaire organisé à Maurice par le Département Afrique du FMI du 18 au 21 novembre s’est appuyé au départ sur les résultats de deux précédentes réunions de haut niveau en marge des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale de 2013 et 2014 et sur le fruit de la collaboration des autorités en vue de la prochaine publication d’un ouvrage intitulé «L’Afrique en marche : exploiter le potentiel des petits pays à revenu intermédiaire».

Ce séminaire faisait intervenir de multiples parties prenantes et a bénéficié d’un large soutien des Centres d’assistance technique du FMI au Ghana et à Maurice, de l’Institut de formation pour l’Afrique, du Centre d’excellence régional multidisciplinaire de Maurice, ainsi que de l’Union européenne.

Éviter le piège

S’appuyant sur les réussites passées, les petits pays à revenu intermédiaire d’Afrique subsaharienne doivent maintenant relever le défi de passer au stade de revenu supérieur et d’éviter le piège du revenu intermédiaire. Le rythme de croissance demeure certes positif mais a ralenti, car les précédents moteurs de progrès baissent en régime et la hausse du revenu par habitant fléchit (voir le graphique).

cid:13D89080-730A-4F0A-BDBF-9D7EDE80F554

La notion de piège du revenu intermédiaire est issue du constat que les pays à revenu intermédiaire parviennent à se hisser au rang de pays à revenu élevé bien moins souvent que les pays à faible revenu à celui de pays à revenu intermédiaire. Entre 1960 et 2012, moins de 20 % des pays à revenu intermédiaire — et aucun en Afrique subsaharienne —sont devenus pays à revenu élevé, alors que plus de la moitié des pays à faible revenu sont passés à l’échelon supérieur.

Les sept petits pays à revenu intermédiaire d’Afrique subsaharienne confrontés à ce piège sont le Botswana, le Cap-Vert, le Lesotho, Maurice, la Namibie, les Seychelles et le Swaziland. Les participants au séminaire ont débattu des enjeux communs auxquels ces pays sont confrontés, ils ont passé en revue les mesures que chacun d’eux a prises pour y faire face et ont examiné en quoi la surveillance du FMI pouvait mettre à profit les stratégies gagnantes pour aider les pays à aller de l’avant.

Doper la croissance

La Directrice adjointe du Département Afrique du FMI, Mme Anne-Marie Gulde-Wolf, a ouvert les débats en faisant observer que bien que l’Afrique subsaharienne soit encore au deuxième rang des régions du monde ayant la plus forte croissance, les petits pays à revenu intermédiaire affichent des taux de croissance parmi les plus bas de la région, et de considérables risques baissiers pèsent sur les perspectives.

Les participants ont exploré diverses pistes pour surmonter les obstacles à la croissance dans cinq domaines essentiels : vulnérabilité macroéconomique, emploi et inclusion, hausse de la productivité, inclusion financière et économie politique de la réforme économique. Pour encourager l’apprentissage entre pairs — formule rarement utilisée par le FMI jusqu’à présent — le séminaire était organisé essentiellement sous forme de séances de travail en petits groupes. Les échanges et les exposés ont ensuite permis de passer en revue l’expérience des pays et les échecs d’initiatives particulières.

Un consensus s’est dégagé sur les points suivants:

• De même que beaucoup de petits États, les petits pays à revenu intermédiaire sont très vulnérables aux chocs, et, de l’avis général, il est important de constituer des marges de manœuvre suffisantes pour parer aux perturbations exogènes, d’autant que les financements officiels sont voués à diminuer à terme. Par ailleurs, le coût d’opportunité de ces marges, par exemple de la détention d’abondantes réserves de change, est élevé, en particulier compte tenu des importants déficits infrastructurels qui freinent la croissance à long terme de ces pays.

• Pour promouvoir la diversification, il est nécessaire de s’employer à réduire l’inadéquation entre les compétences et les besoins. Cette politique, judicieusement appliquée, pourrait permettre de mobiliser l’emploi dans le secteur privé, comme l’indiquent les études analytiques présentées dans l’ouvrage de référence, tandis que l’État continue à promouvoir le bon fonctionnement du marché du travail et à assurer la protection sociale. Il faut cependant aussi adapter la politique de l’emploi et des salaires dans le secteur public de manière à améliorer le fonctionnement du marché du travail et à éviter de faire de l’État «l’employeur de dernier recours».

• Pour accéder au statut de pays à revenu élevé, il est nécessaire de revenir à une période de croissance forte. Cela exige des réformes approfondies et des mesures novatrices pour rehausser la productivité. La qualité des dépenses publiques, notamment au profit de l’éducation et de la gouvernance économique, constitue, de l’avis général, un outil important pour accroître la productivité.

• Le débat sur l’inclusion financière a mis en lumière son importance cruciale pour promouvoir les transformations structurelles et une croissance inclusive, mais aussi le constat que les petits pays à revenu intermédiaire présentent certaines des répartitions de revenu les plus inégales au monde. De nombreux participants ont souligné qu’il ne suffisait pas d’assouplir les contraintes financières qui pèsent sur les petites et moyennes entreprises, en offrant par exemple des programmes de prêts bonifiés, et qu’il fallait plutôt s’attaquer aux déficiences des marchés et aux faiblesses structurelles du secteur financier, causes profondes du coût élevé de l’intermédiation. Dans le même temps, il importe que l’État s’emploie à promouvoir l’inclusion financière d’une manière qui préserve la stabilité financière.

• S’agissant des contraintes aux réformes liées à l’économie politique, les participants ont mis l’accent sur la nécessité de bien communiquer pour mobiliser le soutien de l’opinion publique. L’agencement approprié des réformes peut atténuer le sentiment de saturation qu’elles risquent d’engendrer dans les petits pays à revenu intermédiaire. De l’avis général, il est aussi important d’avoir des «champions des réformes» étrangers aux cycles politiques à court terme. Il a été largement admis qu’en définitive, les stratégies de réforme doivent être construites en fonction de la situation particulière de chaque pays.

Avantages de l’apprentissage entre pairs

Les participants ont estimé que l’apprentissage entre pairs pourrait favoriser la progression des réformes dans leurs pays. Ils sont aussi convenus que l’ouvrage à paraître peut être utile pour promouvoir ce mode d’apprentissage au sein de ce groupe de pays et ont proposé de partager leur propre expérience et leurs points de vue — ce qui enrichira l’analyse et lui donnera plus de poids.

Le groupe de pairs porte en outre un grand intérêt au développement d’outils performants et peu coûteux de partage des connaissances, notamment en ligne, idée qui sera approfondie avec l’aide du Département Afrique du FMI et de l’Institut de formation pour l’Afrique. Plus généralement, les participants ont noté que les centres de renforcement des capacités et de formation de la région pourraient servir de cadre à l’apprentissage et à l’appui entre pairs. À terme, ces pays pourraient fixer ensemble des objectifs communs et les plus avancés pourraient venir en aide aux autres.