Entrer en contact avec l'Institut du FMI

Politiques Relatives au Secteur Financier

Ces cours, proposés par l’Institut du FMI et le département des marchés monétaires et de capitaux, offrent les connaissances de base en matière de finances pour évaluer les coûts et les avantages des instruments, institutions et marchés financiers dans un contexte macroéconomique, en mettant l’accent sur les risques et les politiques d’atténuation. Les cours portent également sur le contrôle bancaire, les tests de résistance, la réglementation financière et les analyses de risque macrofinancier.

Introduction

Ce cours en ligne, offert par l’Institut pour le développement des capacités, initie les participants aux techniques fondamentales d’analyse financière incluses dans l’arsenal des responsables de la politique économique. Ces outils servent à étudier les caractéristiques de divers instruments financiers et à déterminer leur prix, à analyser les portefeuilles d’actifs et à se familiariser avec les bases de la gestion de risques. La maîtrise de ces outils est essentielle pour les participants qui souhaitent suivre des cours plus approfondis et plus stratégiques proposés par le FMI dans les domaines financiers ou macrofinanciers. Ce cours couvre, entre autres thèmes, la détermination du cours des valeurs à revenu fixe et des actions, la structure par échéance des taux d’intérêt, la répartition et la diversification des actifs et une introduction de la gestion des risques.

Intermédiaire

Ce cours, offert par l’Institut pour le développement des capacités, explique la pertinence macroéconomique du développement et de l’inclusion financière. Il commence par donner une analyse qui définit le rôle de la finance dans l’économie, et passe en revue les publications théoriques et empiriques sur l’effet de la finance sur les résultats macroéconomiques et la croissance. Il traite également des politiques visant à encourager le développement financier (politiques favorables au marché) et à limiter ses effets éventuellement déstabilisants (politiques visant à mettre en valeur le marché). Il présente l’inclusion financière comme partie intégrante du développement financier, point de vue qui n’a reçu que récemment toute l’attention qu’il mérite, les débats ayant porté pendant de nombreuses années sur le concept et les indicateurs de profondeur financière. Ce cours examine les indicateurs actuellement utilisés pour mesurer l’inclusion financière, l’effet macroéconomique particulier de l’inclusion financière et les principales stratégies généralement adoptées.

Intermédiaire

Ce cours, animé par l’Institut pour le développement des capacités, commence par faire un tour d’horizon des modalités de transmission des risques au sein des secteurs financier et réel et entre ces secteurs. Les participants étudient ensuite l’élaboration et les conséquences des politiques relatives au secteur financier qui visent à atténuer les facteurs de vulnérabilité, en commençant par la logique qui sous-tend les politiques micro- et macroprudentielles. Ils abordent également les phénomènes d’interaction entre les politiques macroéconomiques et les politiques prudentielles. Bien que ce cours traite particulièrement des stratégies préventives, il porte aussi sur les mesures visant à faire face aux situations de grande difficulté financière. Il alterne exposés, études de cas et ateliers pratiques, qui permettent aux participants d’expérimenter diverses stratégies afin d’évaluer leurs résultats prévus et fortuits et d’en débattre. Les personnes essentiellement intéressées par l’évaluation des risques se reporteront au cours sur la surveillance du secteur financier, dont l’évaluation des risques est le thème central.

Intermédiaire

Ce cours, animé par l’Institut pour le développement des capacités, initie les participants aux concepts et aux outils clés utilisés pour déceler et évaluer les facteurs de vulnérabilité et les sources de dynamisme du secteur financier. Les supports du cours constituent un outil de base pour évaluer les risques du secteur financier et les mesurer par rapport aux volants de fonds propres et de liquidité disponibles dans le secteur financier. Les travaux se concentrent sur la détection précoce des déséquilibres macrofinanciers indus et l’analyse de la transmission des difficultés financières entre les institutions, les marchés et les secteurs de l’économie, en vue de réduire la probabilité et la gravité des crises financières. Des conférences alternent avec des ateliers pratiques et permettent aux participants d’utiliser les principales techniques d’évaluation des risques.

Avancé

Ce cours, animé par l’Institut pour le développement des capacités, vise à donner aux participants une base solide en matière d’instruments financiers, en allant plus loin que l’étude habituelle des obligations et des actions dans le cadre du cours FMAx. Après un bref tour d’horizon, le cours aborde les contrats à terme de gré à gré ou normalisés, les swaps et les contrats d’option, puis passe à une combinaison de ces instruments fondamentaux à l’aide d’applications pratiques. Une partie du temps est consacrée aux conséquences sur l’action publique, en particulier en matière de réglementation des marchés financiers. Mais, pour ceux qui s’intéressent à ce thème, il est recommandé de suivre un cours spécialisé dans les politiques relatives au secteur financier. Des exposés initient à la théorie de base, tandis que des ateliers et des études de cas permettent aux participants d’appliquer les techniques apprises et de vérifier s’ils comprennent bien comment et pourquoi certaines stratégies, ainsi qu’un usage impropre des instruments financiers, peuvent se traduire par de fortes pertes et créer une instabilité financière. Pour terminer, les participants devraient faire des exposés sur une série de questions d’actualité précises sur les marchés financiers.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux, offre une vue d’ensemble des théories, outils et techniques nécessaires pour réaliser une évaluation approfondie de la stabilité financière. Les différents thèmes abordés sont :

  • Évaluation des risques systémiques à l’aide de divers modèles : leurs avantages, inconvénients et liens.
  • Outils de suivi des risques systémiques : tableau de bord des risques.
  • Modélisation des liens et des interactions entre les variables macroéconomiques et le secteur financier, ainsi que des vulnérabilités et risques des secteurs institutionnels (banques, institutions financières non bancaires, sociétés non financières, ménages et administrations publiques).
  • Extraction d’informations des bilans et des données des marchés.
  • Analyse des risques macrofinanciers et tests de résistance des banques et des emprunteurs souverains.
  • Effets du risque de crédit et des coûts de financement sur l’évolution des bilans et la propension au risque du marché.
  • Analyse nationale dans les cas où l’on dispose de données à haute fréquence et de données de marché.
  • Analyses réalisables dans des pays où les données sont plus limitées (des études de cas nationales et des ateliers de travail sur tableurs seront prévus).

Ce cours, dispensé par le département des marchés monétaires et de capitaux, explique divers aspects et questions liés à la classification et au provisionnement des actifs, du point de vue de la réglementation prudentielle et de la comptabilité/IFRS. En outre, il explore le rôle des instances de contrôle dans le travail de conciliation de ces deux perspectives. Il aborde les principes de provisionnement des pertes sur prêts et les exigences du Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (CBCB), ainsi que les principes de reconnaissance des pertes de crédit attendues et les exigences en la matière prévues par les normes IFRS. En outre, le cours aborde les questions liées à l’application de la norme IFRS 9, notamment en ce qui concerne les répercussions de la COVID-19. Des études de cas et des exercices pratiques sont proposés pour accroître l’efficacité du cours. Les participants sont aussi invités (et doivent être préparés) à partager leur expérience et leurs avis sur le sujet.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux, offre une vision d’ensemble des questions conceptuelles et opérationnelles liées à la réglementation et au contrôle bancaires. Il couvre les éléments du contrôle microprudentiel et macroprudentiel, notamment les principes fondamentaux de Bâle, l’évolution de la réglementation bancaire, les exigences de liquidité et les tests de résistance. Il donne aussi l’occasion de faire des exercices sur des applications concrètes et des méthodes couramment utilisées par les autorités de contrôle et d’en débattre. Des exercices de simulation des programmes de contrôle et des analyses alternent avec des exposés. On attend des participants qu’ils donnent leur point de vue et partagent leurs expériences sur les différents thèmes abordés durant le cours.

Ce cours, offert par l’Institut pour le développement des capacités, montre l’importance, sur le plan macroéconomique, du développement financier et de l’inclusion financière. Il commence par donner un cadre analytique qui définit le rôle de la finance dans l’économie, et passe en revue les publications conceptuelles et empiriques sur l’effet de la finance sur les résultats macroéconomiques et la croissance. Il traite également des principales mesures visant à encourager le développement financier (politiques favorables au marché) et à limiter ses effets déstabilisants potentiels (politiques visant à canaliser le marché). Il présente l’inclusion financière comme partie intégrante du développement financier, point de vue qui n’a reçu que récemment toute l’attention qu’il mérite, les débats tournant depuis de nombreuses années autour du concept et des indicateurs de la profondeur financière. Le cours examine les indicateurs actuellement utilisés pour mesurer l’inclusion financière, l’effet macroéconomique particulier de l’inclusion financière et les principales stratégies qui ont été adoptées.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux et le PFTAC, explique les principaux éléments du cyberrisque et de sa gestion ; les bonnes pratiques en matière de réglementation du cyberrisque ; et comment évaluer le risque sur place dans le cadre du contrôle des établissements financiers. Le cours aborde aussi la structure et les procédés d’un examen sur place efficace et passe en revue les concepts généraux du risque informatique dans le secteur financier. Des études de cas et des expériences pratiques sont présentées pour rehausser le contenu du cours. Les participants devraient partager leur propre expérience et leurs vues sur l’évaluation du cyberrisque et l’évaluation sur place en général. 

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et des capitaux, renforce les capacités des autorités sur les pratiques saines de gestion de la dette, de communication de données sur la dette et de relation avec les investisseurs en vue d’appuyer les opérations de gestion de la dette et d’améliorer la transparence sur la dette publique. Le cours se base sur les Directives révisées pour la gestion de la dette publique pour analyser les principales exigences et les avantages de la publication en temps opportun de données exhaustives et exactes sur la dette, notamment grâce à la présentation régulière de rapports ou de bulletins relatifs à la dette. Les fonctionnaires apprennent l’importance de la transparence pour de bonnes relations avec les investisseurs, du développement des marchés et d’une gestion saine de la dette. Le cours renforce les capacités de l’État à gérer la dette publique de manière efficiente grâce à des pratiques de communication sur la dette et de relations avec les investisseurs qui sont fondées sur les grands principes de gestion de la dette.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux du FMI, se propose de mieux faire comprendre aux participants les grands enjeux politiques et opérationnels inhérents à la gestion du risque de portefeuille souverain, les techniques utilisées dans les opérations de gestion active de la dette et le développement du marché obligataire, et l’accès durable aux marchés de capitaux. Il met l’accent sur la mesure du risque d’un portefeuille de dette obligataire dans le contexte d’un bilan souverain global (actifs et passifs). Le cours accorde une importance particulière aux enseignements de la crise financière et économique mondiale pour la gestion du risque souverain, de la dette publique, de l’interface avec les marchés de capitaux et de la stabilité financière. Ce cours aborde les thèmes suivants :

  • Dispositifs institutionnels efficaces.
  • Coordination avec les principaux domaines de la politique économique, notamment monétaire et budgétaire.
  • Composantes d’un cadre de gestion des passifs souverains, y compris les objectifs, l’identification des risques et les critères de responsabilisation.
  • Aspects techniques et opérationnels de la gestion du risque.
  • Détection et suivi du risque souverain et bons principes de réalisation des tests de résistance sur un portefeuille de dette souveraine.
  • Évaluation des principaux risques de portefeuille, y compris de change, de taux d’intérêt et de refinancement.
  • Aspects techniques et de mise en oeuvre d’une stratégie de gestion de la dette à moyen terme.
  • Formulation de stratégies d’émissions obligataires tenant compte du lien entre gestion de la dette et analyse de viabilité de la dette.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux, passe en revue les faits nouveaux en matière de contrôle et de réglementation bancaires. Il traite notamment des normes de fonds propres, des règles sur la mesure des liquidités, des grandes expositions, des transactions entre parties liées, et de l’évolution des opinions et des stratégies pour faire face à la crise de COVID-19. Chaque séance se concentrera sur des aspects qui intéressent chacune des régions en particulier et portera sur les principales difficultés de mise en œuvre, ainsi que sur les conséquences sur les banques et les autorités de contrôle. Par ailleurs, le cours mettra l’accent sur les implications de la crise de COVID-19 sur la réglementation et le contrôle bancaires. À cet égard, les directives des organismes de standardisation ainsi que les mesures nationales de riposte à la crise de COVID-19 seront examinées.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et des capitaux, explique certaines questions liées à la réglementation et au contrôle des activités et des entités du domaine des technologies financières. Il aborde l’évolution récente des normes internationales pertinentes, ainsi que d’autres meilleures pratiques internationales. Les exposés s’appuient également sur des études de cas pour optimiser l’efficacité du cours. Les participants sont invités (et devraient être préparés) à partager leur propre expérience et leurs vues sur le sujet. 

Ce cours, offert par le département des marchés monétaires et de capitaux, examine des enjeux liés à l’évolution du dispositif de réglementation financière. Il porte un regard critique sur l’évolution du dispositif pour les banques et les intermédiaires financiers non bancaires. Les thèmes abordés comprennent, sur le plan bancaire, les exigences de Bâle III concernant les fonds propres, le levier financier et les liquidités, ainsi que les débats en cours sur la réglementation. S’agissant des questions non bancaires, le cours traite des dérivés, des pensions livrées et des prêts de titres, de la gestion des risques de contrepartie et de questions plus particulières telles que le rôle des banques centrales sur les marchés de garanties, entre autres. Le cours accorde une attention particulière aux établissements financiers d’importance systémique, ainsi qu’aux liens entre les banques et d’autres parties du système financier. Les participants sont invités à faire des exposés sur certains sujets en rendant compte de leurs expériences nationales.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux, offre une vue d’ensemble des questions conceptuelles et opérationnelles liées à la restructuration et à la résolution des banques en difficulté. Il aborde les thèmes suivants : 

  • Recensement et contrôle des banques en difficulté : tour d’horizon des causes les plus courantes des problèmes bancaires et des moyens de les détecter, ainsi que des outils d’intervention rapide et des modes de contrôle des banques fragiles.
  • Préparation opérationnelle : fondements institutionnels du dispositif de sécurité financière et coordination interinstitutions ; éléments des régimes de résolution efficaces (en utilisant comme référence les Caractéristiques clés d’une résolution effective des institutions financières du Conseil de stabilité financière) ; planification du redressement et de la résolution ; mesures visant à déterminer l’état de préparation opérationnelle ; rôle de la garantie des dépôts et traitement préférentiel des déposants.
  • Gestion des crises : aide en liquidités, garanties de l’État et mesures administratives exceptionnelles pour mettre fin à des sorties persistantes de liquidités.
  • Restructuration et résolution bancaires : déclenchement d’une procédure de résolution ; options de résolution pour les banques ayant ou non une importance systémique ; résolution internationale ; considérations liées à l’action des pouvoirs publics et instruments d’appui public aux fonds propres. 
  • Gestion des actifs compromis : défaillances des marchés et réformes de politiques publiques ; méthodes de résolution des prêts improductifs — mesures de contrôle, insolvabilité et recouvrement des créances, marchés des actifs compromis et rôle des sociétés de gestion d’actifs.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux, porte sur les aspects fondamentaux du contrôle basé sur les risques (CBR) et sur ses objectifs ; il en examine aussi les défis et les principaux facteurs de réussite. Le cours couvre les principales composantes du CBR et les étapes de leur mise en œuvre en combinant exposés et travaux pratiques. Il combine des échanges sur les techniques de modélisation financière et sur les techniques moins analytiques de contrôle bancaire. Le cours commence par une présentation des concepts et des outils du CBR. Ensuite, il aborde l’évaluation des risques de crédit, de liquidité, de marché et opérationnels et les techniques de test de résistance. Enfin, il explique comment combiner l’information pour établir des notes de contrôle, élaborer des plans de contrôle et affecter les ressources et les activités de contrôle.

Ce cours, animé par le département des marchés monétaires et de capitaux (MCM), traite de l’évolution récente des tests de résistance des banques, des compagnies d’assurances et des fonds communs de placement. Il offre l’occasion aux participants de découvrir et d’appliquer les nouveaux outils utilisés ou créés par le MCM à des fins de tests de résistance et d’analyse des risques systémiques. Il aborde aussi des thèmes nouveaux dans le domaine des tests de résistance, à savoir les chaînes de réaction entre le secteur réel et le secteur financier, les bradages d’actifs, les changements climatiques et les risques liés aux technologies financières. Certains des outils font partie intégrante du Programme d’évaluation du secteur financier (PESF) et des missions d’assistance technique. Le cours donne en outre aux participants l’occasion de partager leur expérience des méthodologies de tests de résistance et de l’analyse de stabilité financière. Des personnalités du secteur seront également invitées pour entretenir les participants sur des thèmes précis. Le cours passe en revue les objectifs, les méthodologies, les techniques et les bonnes pratiques de test de résistance. Le cours est en grande partie constitué de modules pratiques qui exposent les participants à l’ensemble du cycle du test de résistance, notamment la saisie de données, l’estimation de modèles macrofinanciers, la conception de scénarios, le choix des hypothèses, la réalisation des tests, l’intégration des chaînes de réaction entre le secteur financier et le secteur réel, la communication des résultats et leur prise en compte dans la prise de décision, par exemple pour orienter le calibrage des volants de fonds propres et de liquidité.

Le cours accorde une place de choix aux éléments de conception de scénario, de solvabilité et de liquidité des tests de résistance, et à leurs interactions. Il se termine par une table ronde durant laquelle les participants partagent leurs connaissances et l’expérience de leur pays.

Retour en haut