Bienvenue sur le site du Bureau FMI du représentant résident en Côte d’Ivoire. Cette page Internet fournit des informations sur les activités du FMI en Côte d’Ivoire et sur les relations entre la Côte d’Ivoire et le FMI. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, consultez la page suivante : La Côte d'Ivoire et le FMI (en anglais). Vous y trouverez les rapports officiels du FMI et les documents du conseil d’administration du FMI sur la Côte d’Ivoire.

Retour en haut

Aperçu général

  • Pays membres : 189 pays
  • La Côte d’Ivoire a rejoint le Fonds le 11 mars 1963 ; Article VIII
  • Quota total : 325,20 millions de DTS (au 31 mai 2007)
  • Encours de crédits : 479,76 millions de DTS au titre de la Facilité de crédit élargie
  • La mission du FMI et les autorités sont arrivées à un accord au niveau des services sur la troisième revue du programme appuyé par les accords FEC et MEDC, sous réserve de son approbation par la direction du FMI et du Conseil d’administration (Communiqué de presse N°18/120)

Retour en haut

Perspectives économiques régionales

le 12 avril 2019

Reprise dans un contexte de grande incertitude

La reprise économique se poursuit en Afrique subsaharienne. La croissance régionale devrait passer de 3% en 2018 à 3,5% en 2019, avant de se stabiliser à un peu moins de 4% à moyen terme. Ces chiffres couvrant toute la région masquent des différences considérables à la fois en termes de croissance et de perspectives entre les différents pays de la région. Environ la moitié des pays de la région, essentiellement les pays pauvres en ressources naturelles, devrait connaître une croissance d’au moins 5% - ce qui aura pour conséquence une augmentation du revenu par habitant plus rapide que la moyenne mondiale à moyen terme. Pour tous les autres pays, majoritairement ceux riches en ressources naturelles, l’amélioration du niveau de vie sera plus lente.

Malgré ces différences en termes de perspectives économiques et de priorités en termes de politiques économiques, les pays de la région ont tous la nécessité d’accroître leur résilience et de générer une croissance plus durable, plus élevée et plus inclusive. Pour relever ces défis, il est important de reconstituer une marge de manœuvre budgétaire et d’accroître la résilience de l’économie aux chocs en augmentant les recettes, tout en adoptant des politiques visant à stimuler la productivité et l’investissement privé.


Lire le rapport