Bienvenue sur le site du Bureau FMI du représentant résident en Guinée. Cette page Internet fournit des informations sur les activités du FMI en Guinée et sur les relations entre la Guinée et le FMI. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, consultez la page suivante : La Guinée et le FMI (en anglais). Vous y trouverez les rapports officiels du FMI et les documents du conseil d’administration du FMI sur la Guinée. 

Retour en haut

Aperçu général

  • Membres actuels :  pays
  • la République de Guinée a rejoint le Fonds le 28 septembre 1963 – Article VIII (les obligations imposées par les parties 2, 3 et 4 ont été acceptées le 17 novembre 1995).
  • Quote-part : 214,20 millions de DTS
  • Encours de crédits : 26,78 millions de DTS et arrangements au titre de la facilité élargie de crédit : 152,75 millions de DTS
  • Consultation au titre de l’Article IV : le rapport des services du FMI sur la consultation au titre de l’Article IV a été discuté par le Conseil d’administration le 22 juillet 2016 (Rapport n°16/261)

Retour en haut

Activités du Bureau du représentant résident en Guinée

Plus

Retour en haut

Perspectives économiques régionales


Perspectives économiques régionales : Les flux de capitaux et l’avenir de l’emploi

octobre 2018

 
Les perspectives macroéconomiques de l’Afrique subsaharienne continuent de s’affermir. La croissance devrait passer de 2,7 % en 2017 à 3,1 % en 2018, grâce à des ajustements des politiques nationales et à un environnement extérieur favorable, notamment la persistance d’une croissance soutenue de l’économie mondiale, la hausse des prix des produits de base et des conditions de financement extérieur accommodantes. Si les déséquilibres budgétaires sont maîtrisés dans bon nombre de pays, l’ajustement a généralement résulté d’une hausse des recettes tirées des produits de base et de fortes compressions des dépenses d’équipement, et la mobilisation des recettes intérieures n’a guère progressé. À moyen terme, et à politiques économiques inchangées, la croissance devrait s’accélérer pour avoisiner 4 %, soit un niveau trop bas pour créer le nombre d’emplois nécessaires afin d’absorber les nouveaux arrivants qui sont attendus sur les marchés du travail. Les perspectives sont exposées à des risques de dégradation considérables, en particulier l’incertitude élevée qui plane sur l’économie mondiale. Pour protéger la reprise et accélérer la croissance à moyen terme, il convient de réduire la vulnérabilité liée à la dette et de créer un espace budgétaire en améliorant davantage la mobilisation des recettes intérieures et en prenant des mesures qui permettront de réaliser une croissance vigoureuse, durable et inclusive.

Lire le rapport