Afrique sub-saharienne

Perspectives économiques régionales : Ajustement budgétaire et diversification économique

octobre 2017

Texte integral  Approche pays Podcast

Le ralentissement généralisé en Afrique subsaharienne s’atténue, mais la situation reste fondamentalement difficile. La croissance devrait atteindre 2,6 % en 2017, mais l’accélération tient à des facteurs ponctuels, notamment une reprise de la production pétrolière au Nigéria et l’atténuation de la sécheresse en Afrique orientale et australe. Si un tiers des pays de la région continuent d’enregistrer une croissance de 5 % ou plus, 12 pays, qui représentent 40 % de la population de la région, devraient voir leur revenu par habitant diminuer. L’environnement extérieur s’est amélioré quelque peu, ce qui facilite l’émission d’obligations souveraines par les pays pré-émergents de la région. Les tensions sur les marchés des changes semblent s’être réduites, mais les réserves internationales restent faibles dans beaucoup de pays. La dette publique augmente rapidement dans l’ensemble de la région, y compris dans les pays à croissance rapide. Dans ce contexte, il est prioritaire de mettre en œuvre les assainissements budgétaires prévus et d’opérer des réformes pour s’attaquer aux obstacles à la croissance.

Retour en haut

Sigles et acronymes | Remerciements | Résumé analytique

Texte

Retour en haut

Une région en quête de reprise

Texte

Le ralentissement de l’activité économique qui a touché la majeure partie de l’Afrique subsaharienne s’atténue, mais la situation de la région reste fondamentalement difficile. Le taux de croissance devrait passer de 1,4 % en 2016 à 2,6 % en 2017, sous l’effet d’un environnement extérieur plus favorable et de plusieurs facteurs ponctuels, dont le redressement des productions pétrolière et agricole au Nigéria et l’atténuation de la sécheresse qui a frappé une grande partie de l’Afrique orientale et australe en 2016 et au début de 2017. Bien que 15 des 45 pays continuent d’enregistrer un taux de croissance d’au moins 5 %, celui de la région dans son ensemble excèdera à peine le taux de croissance démographique, et le revenu par habitant devrait diminuer en 2017 dans 12 pays qui abritent plus de 40 % de la population d’Afrique subsaharienne.

Retour en haut

L’impact de l’assainissement des finances publiques sur la croissance en Afrique subsaharienne

Texte

Beaucoup de pays d’Afrique subsaharienne font face à une période d’assainissement budgétaire afin d’assurer la stabilité macroéconomique et de réaliser une croissance durable. Pour les pays riches en ressources naturelles qui sont durement touchés par l’effondrement des prix des produits de base, cet assainissement est urgent pour compenser des pertes de recettes qui seront probablement permanentes. Pour les autres pays, en particulier ceux qui connaissent encore une croissance rapide, l’assainissement est peut-être moins urgent, mais, pour bon nombre d’entre eux, les amortisseurs se réduisent, et la dette publique et les coûts de l’emprunt sont en hausse.

Retour en haut

Diversification économique en Afrique subsaharienne

Texte

L’Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables au cours des deux dernières décennies. Ses taux de croissance ont été élevés et ses indicateurs sociaux se sont sensiblement redressés grâce à une amélioration de l’action des pouvoirs publics, mais aussi à l’évolution favorable des cours des matières premières et des conditions de financement. Toutefois, à la différence des poussées de croissance constatées ailleurs, l’accélération de la croissance enregistrée dans la région n’a pas été propulsée par l’expansion du secteur manufacturier. Par ailleurs, les épisodes de croissance en Afrique subsaharienne ont été plus brèves que dans d’autres régions (FMI, 2017c) et, dans certains pays, les conflits ont ralenti ou annulé les progrès en matière de diversification économique.

Retour en haut

Appendice statistique

Texte

Retour en haut

Publications du Département Afrique du FMI

Texte