La liste des Perspectives économiques régionales

Ces rapports décrivent l'évolution récente et les perspectives économiques des pays de diverses régions. Ils traitent aussi des politiques qui ont eu une incidence sur les résultats économiques régionaux et précise les enjeux auxquels les décideurs sont confrontés. Les rapports comportent des données statistiques sur les pays de la région.

Trier par: Date Région

Page: 1 de 6 1 2 3 4 5 6

Afrique subsaharienne

Perspectives économiques régionales : Afrique

le 14 avril 2021

Description: La croissance en 2020 reste le plus mauvais résultat jamais observé, avec une contraction de l’activité de 1,9 %, qui entraîne une forte hausse des inégalités. En 2021, l’économie de la région reprendra son expansion, avec une croissance de 3,4 %, contre 6 % pour le reste du monde, dans un contexte marqué par un manque d’accès persistant aux vaccins et une marge de manœuvre restreinte pour étayer la riposte à la crise et la reprise. De nombreux pays devront faire des choix difficiles sur le plan macroéconomique. Il y a deux priorités. La première reste de sauver des vies grâce à un accès à des vaccins à des prix abordables, à la mise en place des conditions indispensables à une campagne de vaccination sur les plans logistique et administratif, et à des mesures d’endiguement ciblées et une augmentation des dépenses pour renforcer les systèmes de santé locaux. La deuxième priorité consiste à débloquer le potentiel de la région en élargissant l’espace budgétaire et en opérant des réformes porteuses de changement. Il s’agira d’accroître les recettes intérieures, de renforcer la protection sociale, de promouvoir le passage au numérique, ainsi que d’améliorer la transparence et la gouvernance. Les pays devront aussi consolider leur position budgétaire pour ramener leur dette à un niveau soutenable. Ces mesures contribueront à relever la croissance à long terme et à offrir des débouchés aux nouveaux demandeurs d’emploi de la région. La communauté internationale a un rôle essentiel à jouer en assurant un accès plus équitable et plus rapide aux vaccins et autres produits médicaux, et en accordant aux pays à faible revenu les financements extérieurs dont ils ont besoin pour s’occuper des priorités ci-dessus et éviter des séquelles à long terme.

Moyen-Orient et Asie centrale

Perspectives économiques régionales : Mieux construire l’avenir au sortir de la pandémie

le 11 avril 2021

Description: Un an après le début de la pandémie de coronavirus (COVID-19), la course de vitesse entre les vaccins et le virus est entrée dans une nouvelle phase au Moyen-Orient et en Asie Centrale, et le chemin vers la reprise économique en 2021 devrait être long et différer d’un pays à l’autre. Les perspectives varieront considérablement en fonction de la trajectoire de la pandémie, du déploiement des vaccins, des fragilités sous-jacentes, de l’exposition au tourisme et aux secteurs à forte intensité de contacts, et enfin de la marge de manœuvre et des interventions gouvernementales. En 2021–22, les besoins de financements publics bruts devraient rester élevés dans la majorité des pays émergents de la région, avec des risques de détérioration de la situation en cas de resserrement des conditions financières mondiales ou si les rééquilibrages budgétaires tardent en raison d’une reprise moins vigoureuse que prévu. L’année 2021 sera celle des politiques visant à continuer de sauver des vies et protéger des moyens de subsistance ainsi qu’à promouvoir la reprise, tout en préservant impérativement la viabilité de la dette et la résilience financière. Dans le même temps, les dirigeants ne doivent pas non plus perdre de vue les défis de la transformation : il s’agit de mieux construire l’avenir et d’accélérer la transition vers des économies plus inclusives, résilientes, durables et vertes. La coopération régionale et internationale sera le complément indispensable de politiques nationales déterminées.

Afrique subsaharienne

L'Europe

Europe : riposte économique à la COVID-19

le 21 octobre 2020

Description: La pandémie de COVID-19 prélève un lourd tribut social et économique en Europe. À la mi-octobre 2020, plus de 240 000 personnes ont succombé à la maladie en Europe, et près de 7 millions ont été contaminées par le virus selon des estimations. Les mesures de confinement mises en œuvre au début du printemps et la distanciation physique volontaire ont perturbé les chaînes d’approvisionnement et fait baisser la demande, ce qui a entraîné un effondrement sans équivalent de l’activité économique. Le PIB réel a chuté d’environ 40 % au cours du deuxième trimestre 2020 (taux annualisé, en glissement trimestriel) : l’activité s’est contractée davantage dans les pays avancés, les premiers touchés par le virus, que dans les pays émergents.

Moyen-Orient et Asie centrale

Perspectives économiques régionales : Moyen-Orient et Asie centrale

le 19 octobre 2020

Description: Les pays des régions Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan (MOANAP) et Caucase et Asie centrale (CAC) ont réagi à la pandémie de COVID-19 en prenant rapidement des mesures strictes afin d’en atténuer la propagation et les répercussions, mais continuent de faire face à un environnement incertain et difficile. Les pays exportateurs de pétrole ont été particulièrement touchés par le double choc des retombées économiques des confinements et de la chute de la demande et des prix du pétrole. Dans l’immédiat, il reste prioritaire de maitriser la crise sanitaire, d’atténuer les pertes de revenus et d’accroître les dépenses sociales. Cependant, les pouvoirs publics doivent aussi commencer à poser les jalons de la reprise et de la remise en place d’économies plus solides, notamment en s’attaquant aux séquelles de la crise et en renforçant l’inclusion.

Mise à jour des perspectives économiques régionales : Moyen-Orient et Asie centrale

le 13 juillet 2020

Description: La région Moyen-Orient et Asie centrale (MOAC) a réagi à la pandémie mondiale de COVID-19 en prenant rapidement des mesures contraignantes qui ont permis de sauver des vies. Ces mesures ont cependant eu de vastes répercussions sur l’activité économique de chaque pays. Alors que plusieurs pays de la région commencent à ouvrir ces dernières semaines et que l’activité reprend légèrement depuis peu, l’augmentation du nombre de cas pourrait présenter des risques. Un net déclin des cours du pétrole qui s’ajoute à une réduction de la production dans les pays exportateurs de pétrole et à des perturbations du commerce et du tourisme ont créé de nouvelles turbulences. Une contraction de 4,7 % est maintenant prévue pour la région en 2020, soit un taux de croissance inférieur de 2 points de pourcentage à celui prévu en avril 2020.

Afrique subsaharienne

Mise à jour des perspectives économiques régionales : Afrique subsaharienne

le 30 juin 2020

Description: Les perspectives pour 2020–21 sont nettement plus défavorables qu’attendu en avril et font l’objet d’une grande incertitude. Selon les dernières projections, l’activité économique devrait subir cette année une contraction de quelque 3,2 %, du fait de la dégradation de l’environnement extérieur et des mesures visant à endiguer l’épidémie de COVID-19.

Perspectives économiques régionales - COVID-19 : une menace sans précédent pour le développement

le 15 avril 2020

Description: L’Afrique subsaharienne est confrontée à une crise sanitaire et économique sans précédent qui menace de freiner la dynamique de la région, en annulant les progrès accomplis ces dernières années sur le plan du développement, et d’assombrir les perspectives de croissance régionale dans les années à venir.

Moyen-Orient et Asie centrale

Faire face à la pandémie de COVID-19 au Moyen-Orient et en Asie centrale

le 15 avril 2020

Description: Les pays de la région du Moyen-Orient et de l’Asie centrale subissent deux grands chocs qui se renforcent l’un l’autre, entraînant une forte révision à la baisse des projections de croissance pour 2020. Outre les effets dévastateurs sur la santé, la pandémie de COVID-19 et la chute des prix du pétrole causent de sérieuses turbulences économiques dans la région ; les pays fragiles et les pays touchés par un conflit devraient particulièrement souffrir, compte tenu de leurs problèmes déjà considérables dans le domaine humanitaire et sur le plan des réfugiés, ainsi que de l’insuffisance de leurs infrastructures sanitaires. La priorité immédiate est de prendre des mesures pour sauver des vies et engager les dépenses de santé qui s’imposent, quel que soit l’espace budgétaire disponible, tout en protégeant les moteurs de la croissance par un appui ciblé aux ménages et aux secteurs durement touchés. Dans ce contexte, le FMI fournit une aide d’urgence aux pays de la région en cette période difficile. À terme, les pays devront promouvoir la reprise économique en adoptant de vastes mesures budgétaires et monétaires s’ils disposent d’une marge de manœuvre, et en sollicitant une aide extérieure si cette marge est réduite.

L'Europe

Page: 1 de 6 1 2 3 4 5 6