Le FMI et la Banque mondiale

le 5 septembre 2018

Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale sont des institutions du système des Nations unies. Elles poursuivent un même but, qui est de relever le niveau de vie des populations de leurs pays membres. Leurs approches à cet égard sont complémentaires : l’action du FMI est centrée sur les questions macroéconomiques, tandis que la Banque mondiale se consacre au développement économique à long terme et à la lutte contre la pauvreté.

Quelle est la finalité des « institutions de Bretton Woods »?

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont été créés lors de la conférence internationale réunie à Bretton Woods dans le New Hampshire (États-Unis) en juillet 1944. Les participants à cette conférence avaient pour ambition d’établir un cadre de coopération et de développement économiques qui jetterait les bases d’une économie mondiale plus stable et plus prospère. Bien que cet objectif demeure fondamental pour les deux institutions, leurs activités sont en constante évolution pour répondre aux mutations et aux nouveaux enjeux de l’économie mondiale.

Le mandat du FMI. Le FMI œuvre en faveur de la coopération monétaire internationale et offre aux pays des conseils de politique économique et un appui au développement des capacités pour les aider à bâtir et à maintenir des économies florissantes. Il leur consent également des prêts et les aide à élaborer des programmes d’action en vue de résoudre leurs problèmes de balance des paiements, dans les cas où ils ne peuvent obtenir des financements suffisants à des conditions abordables pour régler leurs paiements internationaux. Les prêts du FMI sont assortis d’échéances courtes ou moyennes et sont principalement financés avec les ressources provenant de la souscription des quotes-parts des membres. Les services du FMI se composent essentiellement d’économistes dotés d’une vaste expérience en matière de politique macroéconomique et financière.

Le mandat de la Banque mondiale. La Banque mondiale appuie le développement économique à long terme et la lutte contre la pauvreté en accordant une assistance technique et financière aux pays afin de les aider à mener certaines réformes sectorielles ou à réaliser des projets spécifiques : construction d’écoles et de centres de santé, adduction d’eau et fourniture d’électricité, lutte contre les maladies, protection de l’environnement, par exemple. Ses interventions s’inscrivent généralement dans la durée et sont financées à la fois par les contributions des pays membres et par émissions d’obligations. Les services de la Banque mondiale sont souvent spécialisés dans des domaines techniques ou secteurs déterminés.

Cadre de coopération

Le FMI et la Banque mondiale collaborent régulièrement sur plusieurs dossiers d’assistance aux pays membres et ont lancé plusieurs initiatives conjointes. Les conditions qui régissent leur coopération ont été définies dans un concordat en 1989, pour assurer une coopération effective dans les domaines dont elles se partagent les responsabilités.

Coordination de haut niveau. À l’occasion de leur assemblée annuelle, les gouverneurs du FMI et de la Banque mondiale se concertent et présentent le point de vue de leurs pays respectifs sur la situation économique et financière internationale. Le Conseil des gouverneurs fixe les orientations de la marche à suivre pour aborder les enjeux de politique économique et financière internationale et fixer les priorités d’action des deux institutions.

Un groupe de gouverneurs du FMI et de la Banque mondiale se réunit également dans le cadre du comité du développement, dont les rencontres coïncident avec les réunions de printemps et l’assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale. Ce comité a été créé en 1974 pour conseiller les deux institutions sur les enjeux cruciaux du développement et sur les moyens financiers nécessaires à la promotion du développement économique des pays à faible revenu.

Concertation entre les directions des deux institutions. Le directeur général du FMI et le président de la Banque mondiale se concertent régulièrement sur les grandes questions. Ils publient aussi des communiqués conjoints et cosignent parfois des articles. Ils se sont également rendus ensemble dans plusieurs régions et pays du monde.

Collaboration entre les services des deux institutions. Les services du FMI et de la Banque mondiale collaborent étroitement dans le cadre de l’aide fournie aux pays et sur les questions qui intéressent les deux institutions. Celles-ci s’organisent souvent pour faire coïncider leurs missions dans les pays ou envoient des représentants prendre part aux missions de l’autre institution. Les évaluations du FMI sur la situation et la politique économique d’un pays sont prises en compte dans l’évaluation des projets de développement ou de réforme que réalise la Banque mondiale. De même, les conseils de la Banque sur les réformes structurelles et sectorielles sont pris en considération dans les conseils de politique économique dispensés par le FMI. Les services des deux institutions coopèrent également à l’élaboration de la conditionnalité dont sont assortis leurs programmes de prêts respectifs.

L’évaluation externe de la collaboration entre la Banque mondiale et le FMI réalisée en 2007 a donné lieu au plan d’action conjoint sur la collaboration entre la Banque mondiale et le FMI (JMAP) qui vise à renforcer les modalités de la collaboration entre les deux institutions. Dans le cadre de ce plan, les équipes pays du FMI et de la Banque mondiale traitent de leurs programmes de travail nationaux respectifs, pour cerner les questions macroéconomiques et sectorielles, établir la répartition des tâches et définir le travail requis pour l’année à venir. Un examen de la collaboration entre le FMI et la Banque mondiale a souligné l’importance de ces consultations entre les équipes pour renforcer la collaboration.

Réduction de la charge de la dette. Le FMI et la Banque mondiale œuvrent aussi ensemble à la réduction de la charge de la dette extérieure des pays pauvres les plus lourdement endettés, dans le cadre de l’ initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l’ initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM). Les deux institutions continuent d’aider les pays à faible revenu à atteindre leurs objectifs de développement sans retomber dans une situation de surendettement. Les services du FMI et de la Banque mondiale préparent ensemble les analyses de viabilité de la dette, guidés par le cadre de viabilité de la dette (CVD) élaboré par les deux institutions.

Réduction de la pauvreté. En 1999, le FMI et la Banque mondiale ont lancé l’approche fondée sur un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) comme composante essentielle du processus menant à l’allégement de la dette dans le cadre de l’initiative PPTE et comme point d’ancrage important des prêts concessionnels du FMI et de la Banque mondiale. Si le DSRP reste le fondement de l’initiative PPTE, la Banque mondiale et le FMI ont adopté respectivement en juillet 2014 et juillet 2015 de nouvelles approches de leurs relations avec les pays, qui ne requièrent plus de DSRP. Le FMI a simplifié ses conditions concernant les documents requis sur la réduction de la pauvreté pour les programmes appuyés par la facilité élargie de crédit (FEC) ou l’ instrument de soutien à la politique économique (ISPE).

Préparation du terrain pour le programme de développement à l’horizon 2030. Entre 2004 et 2015, le FMI et la Banque mondiale ont collaboré à la rédaction du rapport sur le suivi mondial annuel qui évaluait les progrès sur la voie des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). En 2015, les OMD ayant été remplacés par les objectifs de développement durable (ODD) dans le cadre du programme de développement durable à l’horizon 2030, le FMI et la Banque mondiale ont participé pleinement aux efforts déployés à l’échelle mondiale à l’appui du programme de développement. Les deux institutions ont engagé de nouvelles initiatives, chacune dans son domaine de compétences, afin d’aider les pays membres à atteindre leurs ODD. De plus, elles collaborent pour mieux aider leurs pays membres, en favorisant notamment la création de régimes fiscaux plus solides dans les pays en développement, et soutiennent le pacte avec l’Afrique du G-20, en collaboration avec la Banque africaine de développement, en vue de promouvoir l’investissement privé en Afrique.

Évaluation de la stabilité financière. Le FMI et la Banque mondiale travaillent également ensemble au renforcement de la résistance des secteurs financiers des pays membres et à l’efficacité de leur régulation. Le programme d’évaluation du secteur financier (PESF) a été lancé en 1999 afin d’identifier les forces et faiblesses des systèmes financiers des pays et de recommander les mesures requises pour remédier aux éventuelles lacunes décelées.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter les sites Internet des deux institutions : www.imf.org et www.banquemondiale.org.